2 min de lecture Française des jeux

Privatisation de la FDJ : "Acheter des actions, est-ce une bonne idée ?", dit Polony

BILLET - À quelques jours de l'entrée en bourse de la Française des Jeux, la directrice de la rédaction de "Marianne" se demande si le contribuable ne va pas être floué, comme pour la privatisation des autoroutes.

oeil monde - L'oeil de... Natacha Polony & Andréa Bescond & Philippe Caverivière & Olivier Mazerolle iTunes RSS
>
L'oeil de... du 04 novembre 2019 Crédit Image : AFP / LIONEL BONAVENTURE | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
micro générique
Natacha Polony édité par Louis Rigaudière

Le 7 novembre, la Française des Jeux entrera en bourse et l’État cédera 52% de son capital. Et tous les auditeurs ont pu entendre ces publicités pour inciter les Français à acheter des actions. C’est une bonne idée ?

Le premier problème, c’est qu’il y a dès le départ un biais. Si c’est une affaire pour les Français qui décident d’investir ça ne peut pas en être une pour l’État. Sauf à considérer, et c’est évidemment ce qui se passe, qu’au fond, les petits porteurs ne sont qu’un prétexte, on leur fait cadeau d’une action pour dix achetées, pour pouvoir dire que c’est un succès populaire.

En fait, l’essentiel, ce sont les gros investisseurs qui piaffent d’impatience à l’idée de mettre la main sur une entreprise potentiellement très lucrative. Elle est déjà lucrative, et c’est pour ça que le gouvernement espère que cette privatisation lui rapportera 1 milliard d'euros.

Pourquoi vendre une entreprise qui rapporte ?

Oui, la Française des Jeux rapporte déjà. Et c’est le même problème que pour ADP. Pourquoi vendre une entreprise qui rapporte, alors que l’État s’endette à taux négatifs ?Économiquement c’est aberrant. Ça l’est encore plus avec la Française des jeux, puisque la loterie nationale, qui avait été créée pour aider les anciens combattants, donc pour une œuvre, était une façon de transformer un vice, le jeu, en charité.

À lire aussi
Un ticket d'Euromillions française des jeux
Euromillions : les résultats du tirage du vendredi 6 décembre

Du coup, les investisseurs vont avoir intérêt à ce que toujours plus de gens jouent à des jeux d’argent. C’est assez malsain. Mais il y a des règles, des garde-fou. Et c’est là qu’on touche au nœud du problème. Un journaliste de Marianne, Emmanuel Levy, le premier à avoir alerté dès décembre 2017 sur ces privatisations, a montré qu’il y a un énorme biais. En fait, pour l’instant, la Française des Jeux est peu valorisée parce que la taxe que prélève l’État sur les mises grève ses bénéfices. 

Si l'État cède, la FDJ vaudra plus cher

Ça n’avait aucune importance tant que l’entreprise appartenait à l’État : qu’il touche d’un côté ou de l’autre, taxe sur le chiffre d’affaires ou dividendes, c’était pareil. Mais les dividendes, maintenant, iront aux actionnaires. Une fois la privatisation effectuée, le lobbying déjà féroce de la part des propriétaires de casinos pour obtenir une taxe sur les bénéfices et non sur le chiffre d’affaires va s’intensifier. 

Si l’État cède, la Française des Jeux vaudra beaucoup plus cher. Pour le grand bonheur de ses nouveaux propriétaires. Et le contribuable aura été floué, exactement comme pour la privatisation des autoroutes. Mais on a beau voir venir le scandale, on fonce dans le mur, et on explique aux citoyens que les privatisations, c’est formidable.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Française des jeux Privatisation Actionnaires
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants