2 min de lecture Attentat à Berlin

Primaire de la gauche : la sécurité, sujet incontournable du scrutin

ÉCLAIRAGE - Europe, renseignement, budget de la Défense... L'attentat de Berlin a eu un écho tout particulier à un mois de la primaire de la gauche.

Manuel Valls à Évry le 5 décembre 2016
Manuel Valls à Évry le 5 décembre 2016 Crédit : bertrand GUAY / AFP
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

L'attentat perpétré à Berlin a fait au moins 12 morts et 48 blessés. Le terroriste présumé, Anis Amri, qui a fêté ses 24 ans hier, a été abattu en Italie par la police ce vendredi 23 décembre, après plus de trois jours de cavale. "Nous pouvons être soulagés du fait que le danger immédiat est écarté", a déclaré Angela Merkel à Berlin, mais "le danger terroriste dans son ensemble demeure toutefois présent, comme depuis plusieurs années. Ça, nous le savons tous", a ajouté la chancelière. Le cas du Tunisien Anis Amri, auteur présumé de l'attaque au camion-bélier qui a fait 12 morts sur un marché de Noël, qui était de longue date connu de la police pour sa dangerosité, pose "une série de questions", a-t-elle reconnu.

En France, la classe politique a rendu hommage aux victimes. À quelques semaines du premier tour de la primaire de la gauche qui se tiendra le 22 janvier, la question de la sécurité a pris une place importante dans la campagne.

Sécurité et renseignements

Invité à l'antenne de RTLVincent Peillon a critiqué l'argument "fallacieux" qui consistait à critiquer la politique migratoire mise en place par Angela Merkel. "En France, nous avons été marqués très douloureusement par des attentats, pourtant nous n'avons pas la même politique d'immigration. Donc nous voyons bien que le lien n'est pas évident". Selon l'ancien ministre de l'Éducation, il est nécessaire d'engager des réflexions sur l'Europe : "Il n'y aura pas d'Europe si on ne relance pas très étroitement le couple franco-allemand".

Rival de Vincent Peillon, Benoît Hamon a expliqué sur BFMTV, qu'il "faudrait sur un point renforcer le renseignement (...) c'est le renseignement humain. Sur le terrain, pour détecter ces fameux signaux faibles, qui anticipent la radicalisation d'un jeune, le projet pourrait être celui d'une petite cellule composée de jeunes qui s'auto-radicalisent et décident de commettre des attentats, nous avons besoin d'un renseignement humain plus présent". 

À lire aussi
Le dispositif policier avait été renforcé en marge du semi-marathon de Berlin, compte tenu du contexte terroriste. Allemagne
Berlin : un attentat déjoué lors du semi-marathon ?

Manuel Valls a plaidé pour que le budget alloué à la Défense atteigne 2% du PIB. "Nous l'avons fait au cours de ces dernières années en donnant plus de moyens à nos forces de sécurité, à nos services de renseignements, à nos armées, mais il faut nous préparer à cette guerre longue, donc oui il faut se donner cet objectif d'atteindre (...) 2% pour notre budget, c'est-à-dire passer aujourd'hui de 32,7 milliards à un peu plus de 40 milliards à l'horizon 2025", explique-t-il à l'antenne d'Europe 1. Son directeur de campagne a indiqué "le gouvernement fait son travail. Il ne faut pas céder à la panique. Lorsque la France se repli sur elle-même, ce n'est plus la France. Le risque zéro n'existe pas, mais il ne faut pas arrêter les festivités de Noël et surtout les marchés de Noël", au micro de RTL.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Attentat à Berlin Présidentielle 2017 Primaire PS
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants