1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2022 : Marine Le Pen, la campagne de la maturité ?
3 min de lecture

Présidentielle 2022 : Marine Le Pen, la campagne de la maturité ?

RÉCIT - Pour sa troisième campagne présidentielle, Marine Le Pen a veillé à s'entourer d'énarques pour peaufiner son programme et a habilement éviter les obstacles.

Marine Le Pen, le 1er avril 2022
Marine Le Pen, le 1er avril 2022
Crédit : JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP
Marie-Pierre Haddad

Match retour. Marine Le Pen sera face à Emmanuel Macron pour le second tour de la campagne présidentielle. Elle a obtenu 23,9% des voix. La candidate RN est officiellement entrée en campagne il y a huit mois. Mais à en croire son entourage, cela fait cinq ans qu'elle se prépare à l'élection présidentielle de 2022. "On a beaucoup travaillé. Marine Le Pen n'est pas prenable sur la cohérence de son projet", assure-t-on. 

Troisième candidature, troisième campagne. Tout a été revu dans l'optique de franchir le cap du premier tour, dans un premier temps, puis celui du second. L'échec de 2017 aurait pu signer la fin de l'ère Le Pen au Rassemblement national mais "c'est mal la connaître", nous souffle un cadre. "Marine Le Pen a une combativité hors norme", ajoute-t-il. 

Cette fois-ci, la candidate RN semble avoir professionnaliser son discours et sa stratégie de campagne, restant immunisée face notamment au ralliement de Marion Maréchal à Eric Zemmour.

L'après 2017

Tout a commencé en juillet 2017, raconte un proche de la candidate RN. "On a tenu un bureau national élargi et on a tout mis à plat. Vous pouvez avoir raison sur l'analyse du pays mais si vous l'expliquez mal aux Français, vous avez tout faux", explique-t-il. Quant aux critiques qui annonçaient la fin de la vie politique de Marine Le Pen et du Rassemblement national, on répond : "Quand ces gens auront vécu, ce qu'on vécu...", soupire-t-on.

À lire aussi

Pour remonter la pente post-2017, Marine Le Pen s'est entourée "d'énarques très forts" pour muscler son programme économique et son financement. "Nos propositions et nos livres blancs ont été donnés à des juristes et des experts pour évaluer la faisabilité", ajoute ce proche de Marine Le Pen. 

Marine Le Pen a aussi appliqué la technique du jour après jour. La candidate RN sera ainsi la première dans cette campagne à faire du pouvoir d'achat son axe principal de campagne. La candidature d'Eric Zemmour l'a poussé à se recentrer sur sa base avec les sujets régaliens et identitaires, tout en continuant à creuser son sillon sur le pouvoir d'achat. 

Vote utile et diabolisation

Quant aux ralliements de certains élus du Rassemblement national à Eric Zemmour, son équipe constate que "cette OPA hostile n'avait aucun intérêt politique". "Ces opérations n'ont pas marché", constate un membre du RN. Désormais, Marine Le Pen cultive sa position de force dans les sondages et joue la stratégie du vote utile face à Emmanuel Macron
Dans les sondages, Marine Le Pen a résisté à l'arrivée d'Eric Zemmour. La candidate est donnée au second tour par plusieurs instituts et étude après étude, réduit l'écart avec Emmanuel Macron.

Consciente de cette stratégie, la macronie dirige ses attaques contre l'ancienne présidente du RN. "Ce n'est pas parce que Marine Le Pen s'est drapée dans une cape de banalité depuis quelques mois qu'elle a changé en profondeur, elle reste la représentante d'une extrême droite en France, mais surtout elle est quelqu'un qui prétend être présidente de la République en proposant tout et n'importe quoi", a asséné Christophe Castaner, chef de file des députés LaREM, sur Sud Radio. 

Et après ?

Autre grand axe de la campagne de Marine Le Pen : la projection. Interrogée sur RTL sur les personnes avec qui elle souhaite gouverner si elle est élue, la candidate n'a pas exclu la participation de gens venus "de la gauche chevènementiste, c'est-à-dire d'une gauche souverainiste".  

"Je vais gouverner, je l'ai dit, dans le cadre d'un gouvernement d'union nationale, d'abord avec des gens avec qui je travaille (...) mais également avec des gens qui me rejoindront, a-t-elle déclaré. Bien entendu j'ai une liste de gens et je pense que mon problème sera de choisir, beaucoup plus que de trouver, car il y a beaucoup de gens en France, qui sont des gens soit dans la vie politique, soit dans la société civile, qui partagent les grandes options que je défends".

Quant à une éventuelle alliance avec Reconquête, l'entourage de Marine Le Pen estime que ceux qui ont rejoint Eric Zemmour ont fait le choix d'un "aller sans retour". "On fera le rassemblement avec toute la France sauf les élus qui nous ont trahi", explique un conseiller.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/