1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2022 : les 7 grandes divergences entre les programmes Macron et Le Pen
5 min de lecture

Présidentielle 2022 : les 7 grandes divergences entre les programmes Macron et Le Pen

ÉCLAIRAGE - Plus d'éoliennes ? Une TVA à 5,5% pour l'essence ? Voici les propositions fortes des deux candidats sélectionnés pour le second tour.

Les professions de foi d'Emmanuel Macron et Marine Le Pen
Les professions de foi d'Emmanuel Macron et Marine Le Pen
Crédit : AFP
Aymeric Parthonnaud
Aymeric Parthonnaud

Avec la fin du premier tour de l'élection présidentielle, une nouvelle campagne vient de commencer : celle du second tour. Politiquement, c'est une nouvelle stratégie qui se met en place avec la question épineuse des ralliements, d'un éventuel "front républicain", d'une démobilisation des électorats déçus.

En attendant le temps fort de cet entre-deux-tours - qui ne manquera pas d'être le débat télévisé entre les deux candidats arrivés en tête des suffrages le 10 avril 2022 - nous pouvons déjà repérer les grandes différences entre leurs programmes

Nous avons retenu plusieurs thèmes qui ont suscité le débat lors de cette campagne singulière et permettent de rendre compte des grandes différences entre les programmes du président sortant et de la patronne du Rassemblement national. Pour en savoir encore plus sur ces programmes, n'hésitez pas à consulter notre comparateur.

7 thèmes, 7 visions

1 - Plus de nucléaire ? Moins d'éoliennes ? 
Ces deux candidats ne sont pas parmi celles et ceux qui voient d'un mauvais œil les centrales nucléaires. Elles sont la clé de l'indépendance énergétique de la France pour Emmanuel Macron comme pour Marine Le Pen. Cette dernière veut construire six nouveaux réacteurs EPR. Elle propose de relancer le programme de recherche sur le traitement nucléaire "Astrid" et de rouvrir la centrale nucléaire de Fessenheim. Emmanuel Macron veut relancer drastiquement le nucléaire, mais sans négliger le renouvelable. Il veut construire six nouveaux EPR2, lancer des études sur la construction de 8 EPR2 additionnels et créer une cinquantaine de parc éolien en mer sur 30 ans. L'éolien n'est du tout dans la stratégie de la candidate du Rassemblement national : elle a annoncé qu'elle gèlera les projets éoliens et démantèle les parcs existants.

À écouter aussi

2 - Le projet pour les retraites
À ce jour, l’âge du départ à la retraite est fixé à 62 ans. Le montant du minimum retraite à taux plein est de 906,81 euros par mois pour une personne seule et de 1.497,82 euros pour un couple. Marine Le Pen propose d'instaurer la retraite à 60 ans et avec 40 annuités. Elle veut garantir une pension minimale à 1.000 euros mensuels pour les retraites à temps plein. Emmanuel Macron, lui, propose une réforme assez impopulaire sur le papier puisqu'elle consiste à repousser progressivement l'âge légal de départ à la retraite à 65 ans et mettre en place une pension minimum à 1.100 euros. Il veut, pour équilibrer cette réforme, une juste prise en compte des cas d'incapacité, des carrières longues ou pénibles pour permettre à ces travailleurs de partir plus tôt.

3 - Contrôler le prix de l'essence 
Il s'agit-là d'une réforme très symbolique du programme de Marine Le Pen : baisser la TVA de 20% à 5,5% sur les produits énergétiques (carburants, fioul, gaz et électricité) et en faire des biens de première nécessité. Emmanuel Macron n'a pour l'heure pas envisagé un tel choc économique. Il préfère miser sur ces aides plus circonstancielles, limitées dans le temps et flexibles. Le Premier ministre avait annoncé fin janvier le relèvement de 10% du barème de l'indemnité kilométrique. Jean Castex a aussi travaillé sur un plan résilience économique, environ 20 milliards d'euros d'aide pour aider les Français sur de nombreux points dont le gaz et le carburant par exemple. Il y a aussi eu la remise immédiate en caisse de 15 puis 18 centimes par litre d'essence qui a été prolongée. "Je veux maintenir la ristourne de 18 centimes à la pompe. C’est une situation exceptionnelle, c’est la guerre. Tant que les prix flambent, il faut continuer à protéger les Français", a déclaré le président-candidat.

4 - Plus ou moins d'Europe ?
C'est une différence fondamentale entre les deux candidats : Marine Le Pen propose une France autonomie et indépendante quand Emmanuel Macron mise sur la force du collectif européen. "Nous devons passer d'une Europe de coopération à l'intérieur de nos frontières à une Europe puissante dans le monde, pleinement souveraine, libre de ses choix et maître de son destin", a déclaré Emmanuel Macron. C'est un Européen convaincu mais il ne milite pas activement pour une délégation plus importante de compétences nationales ou un élargissement de l'UE. Autre son de cloche chez Marine Le Pen : "Ce que je défends moi : c'est-à-dire l'alliance européenne des nations libres, des nations souveraines qui décident de coopérer ensemble". Elle veut, par exemple, faire primer le droit national sur le droit communautaire.

5 - Les frais de succession
Marine Le Pen veut permettre aux grands-parents de pouvoir transférer 100.000 euros de donations défiscalisées sur une période de dix ans, et laisser le barème des donations parents/enfants à 260.000 euros sur dix ans. Emmanuel Macron lui aussi mise sur une facilitation des transferts entre les générations. Une mesure toujours bien reçue par les électeurs. Il propose une baisse des droits de succession avec aucun impôt avant 150.000 euros par enfant.

6 - Le suicide assisté 
L'euthanasie est une des réformes les plus unanimement demandée par les Français. D'après une enquête de l'IFOP, "93% des Français considèrent que la loi française devrait autoriser les médecins à mettre fin, sans souffrance, à la vie de des personnes atteintes de maladies insupportables et incurables si elles le demandent". Pourtant, aucun de nos deux candidats sélectionnés pour le second tour ne milite clairement pour une telle réforme. Actuellement, la loi Leonetti permet de stopper les traitements par exemple et encadre très subtilement la fin de vie. Emmanuel Macron veut "une fin de vie plus humaine" et "lancer une convention citoyenne qui associera citoyens, spécialistes de l'éthique, professionnels" pour éventuellement faire évoluer la législation. Marine Le Pen, elle, a déclaré : "Je suis opposée à l'euthanasie et au suicide assisté. Je pense qu'il ne faut pas aller plus loin que la loi Leonetti mais qu'il faut en revanche développer les moyens accordés aux soins palliatifs".

7 - Sur l'emploi et les aides
Marine Le Pen n'a pas fait évoluer son logiciel et mise toujours sur la "préférence nationale" sur les aides sociales. L'accès à l'emploi sera aussi lié à la "priorité nationale". Le SMIC ne sera pas augmenté mais Marine Le Pen vise une baisse des cotisations et exonérera de cotisations patronales les hausses de salaire de 10%. Emmanuel Macron, lui, ambitionne d'améliorer le retour à l'emploi et conditionnerait pour cela le versement des aides sociales dont le RSA à une "activité d'insertion" pouvant imposer 15 à 20 heures de formation ou de travail en contrepartie de l'allocation. Le candidat a souhaité "clarifier" cette proposition, fortement critiquée par la gauche. La réforme de l'assurance chômage lancée durant le quinquennat serait poursuivie. Emmanuel Macron entend renforcer l'apprentissage et favoriser les démarches en transformant l'agence Pôle Emploi en un guichet unique "France Travail". Son objectif est d'"atteindre le plein emploi en 2027".

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/