1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2022 : le ton monte entre Gérald Darmanin et LR
2 min de lecture

Présidentielle 2022 : le ton monte entre Gérald Darmanin et LR

Gérald Darmanin a estimé que son ancien parti, Les Républicains, n'était "plus un parti de gouvernement". Une déclaration peu au goût des candidats à la primaire du mouvement.

Les cinq candidats au congrès LR, le 8 novembre 2021
Les cinq candidats au congrès LR, le 8 novembre 2021
Crédit : bertrand GUAY / POOL / AFP
Darmanin torpille LR, qui torpille la Macronie
03:07
Un air de campagne du 22 novembre 2021
03:07
Micro générique Switch 795x530
Aurélie Herbemont - édité par Victor Goury-Laffont

Les cinq candidats au congrès LR étaient réunis pour leur troisième débat ce dimanche 21 novembre sur CNews. Quelques heures plus tôt, ils ont eu droit à la torpille du week-end, tirée par Gerald Darmanin.

L'ex-LR devenu ministre de l'Intérieur d'Emmanuel Macron a pilonné ses anciens camarades dans Le Parisien. Aux yeux du ministre, LR n'est "plus un parti de gouvernement tant ils sont partis à l'extrême". Il leur reproche de "singer Eric Zemmour ou Marine Le Pen" et d'être devenus "obsessionnels" sur l'immigration. En même temps, il défend le bilan du chef de l'État sur l'immigration et la sécurité. Gerald Darmanin joue même la provoc vis-à-vis de son ancienne famille en expliquant que "le candidat qui peut le plus inspirer l'électorat de droite, c'est Emmanuel Macron".

Chez LR, on voit dans ces propos, "le signe d'une grande fébrilité", réplique un proche de Valérie Pécresse. Un lieutenant d'Éric Ciotti va dans le même sens : "S'ils mordent, c'est qu'ils ne sont pas sereins". Pendant le débat, Xavier Bertrand a traité le gouvernement de "laxiste", Éric Ciotti s'en est pris à "l'hypnotiseur" Macron. Le monsieur sécurité de LR a aussi fustigé une interview "gloriole" du ministre de l'Intérieur, demandant "dans quel monde il vit". Bref, ce n'est pas le grand amour.

La droite veut détrôner Emmanuel Macron, et la Macronie redoute LR. Sur le papier, le futur candidat de la droite, quel qu'il soit, n'est jamais qualifié au second tour, mais nous sommes au tout début de la campagne. Quand il n'y aura plus qu'un LR testé dans les sondages, il y aura peut-être un effet "droite en ordre de marche". 

À lire aussi

La perspective de voir la droite républicaine en finale, c'est la hantise de la majorité présidentielle. Un macroniste le dit : "Si LR est au second tour, ça peut coaliser les anti-Macron : droite, extrême droite, une partie de la gauche, des abstentionnistes... Et là, ça devient compliqué pour le président". D'où cette volonté de leur coller une étiquette quasi antirépublicaine.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/