1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2022 : comment les adversaires de Macron anticipent son entrée en campagne
2 min de lecture

Présidentielle 2022 : comment les adversaires de Macron anticipent son entrée en campagne

Les camps de Zemmour, Le Pen et Pécresse attendent l'officialisation la candidature de Macron pour affiner leurs stratégies.

Emmanuel Macron, le 19 janvier 2022
Emmanuel Macron, le 19 janvier 2022
Crédit : BERTRAND GUAY / POOL / AFP
Un air de campagne du 26 janvier 2022
03:14
Comment les rivaux de Macron anticipent son entrée en campagne ?
03:14
Micro générique Switch 795x530
Aurélie Herbemont - édité par Marie-Pierre Haddad

Emmanuel Macron n'est toujours pas candidat, mais ça finira bien par arriver. Comment ses adversaires anticipent-ils ce moment ? "On ne peut pas prévoir la contre-programmation", reconnait un lieutenant d'Eric Zemmour "car on ne connait ni la date, ni la manière : est-ce que Macron fera trois saltos arrière ou dira juste 'je suis candidat' ?".. 

Le chef de l'Etat retrouve un côté maitre des horloges dans cette affaire. "On ne psychote pas avant, jure un proche de Marine Le Pen, mais on guette ses déplacements pour répondre dès qu'il dégainera". Pendant que chez Valérie Pécresse, on anticipe déjà "15 jours de tempête" quand il lancera l'offensive. Le premier grand meeting de la candidate LR aura lieu au Zénith le 13 février. Emmanuel Macron sera déjà candidat... ou pas.

Qu'est-ce que ça change pour eux qu'il soit officiellement candidat ? Tout et rien. Cela ne change rien car ils font comme si Emmanuel Macron était déjà en lice. Ils déroulent leur campagne, l'accusent de faire des déplacements de candidat aux frais du contribuable, dévoilent des propositions mais pas grand-chose n'imprime.

Il n'y a pas le bouillonnement habituel

Un élu RN

Tous les états-majors sont formels : "La campagne n'a pas commencé dans la tête des Français". Le responsable a un nom : covid, LE véritable maitre des horloges. "Les Français jonglent avec le boulot et les enfants à tester, c'est infernal", se désole une écologiste qui aimerait parler d'écologie. "Il n'y a pas le bouillonnement habituel, explique un élu RN sur le terrain les gens disent : 'Ah oui c'est vrai il y a une élection'". Quand un proche d'Eric Zemmour l'admet : "Il n'est pas à l'aise sur le covid, il faut qu'on sorte du sanitaire pour faire de l'identitaire"

À écouter aussi

La candidature d'Emmanuel Macron ne va pas changer cela ? Cela donnera le top départ officiel  - en croisant les doigts pour que la courbe du coronavirus finisse par s'aplatir et que le débat ne soit pas vampirisé par le virus. "Quand il sera candidat les gens s'intéresseront enfin à la présidentielle", dit-on chez LR. Un proche de Valérie Pécresse l'attend, avec impatience : "Quand Macron va entrer dans l'atmosphère, il va baisser dans les sondages, assure-t-il. Cela se passe comme ça pour les sortants". Et ça, ça peut changer l'ambiance de campagne.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/