1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2022 : comment la course aux parrainages de Zemmour vire à la guerre de tranchées à droite
3 min de lecture

Présidentielle 2022 : comment la course aux parrainages de Zemmour vire à la guerre de tranchées à droite

DÉCRYPTAGE - L'entourage du candidat Reconquête dément recevoir l'aide des Républicains pour obtenir les 500 signatures, contrairement à ce laisse diffuer le RN.

Éric Zemmour, le 10 janvier 2021
Éric Zemmour, le 10 janvier 2021
Crédit : Bertrand GUAY / AFP
Marie-Pierre Haddad

La guerre dans la guerre. La quête des 500 signatures pour pouvoir se présenter à l'élection présidentielle est un défi que peine à affronter Éric Zemmour. Lors de ses vœux à la presse, le candidat Reconquête indique avoir "entre 300 et 350" promesses de parrainages. Un nombre qui stagne alors que la date butoir pour les obtenir se rapproche. 

Selon Europe 1, Les Républicains seraient à la manœuvre pour l'aider à obtenir toutes ses signatures. Pourquoi ? Une tactique purement politique. Cela permettrait de favoriser l'accès au second tour à Valérie Pécresse et d'affaiblir les probabilités de Marine Le Pen.

Désaveu formel de la part de la candidate Les Républicains sur Franceinfo : "Ce n'est pas mon rôle d'apporter des parrainages à quiconque. Aujourd'hui, les maires Les Républicains me soutiennent". Manœuvre politique ou technique de déstabilisation ? Pourquoi Les Républicains, le Rassemblement national et Reconquête se sont-ils lancés dans cette bataille ?

Le marronnier de la présidentielle ?

Les temps sont durs à droite tant à cause de la multiplication des candidats sur ce créneau politique, ce qui rend les parrainages plus rares et précieux, qu'à cause de l'époque actuelle. "Les maires ne veulent plus parrainer. Ils ont trop d'ennuis", rabâche-t-on dans l'équipe de Marine Le Pen. "Trop de pression politique. Ils ont peur de perdre des subventions", souffle-t-on du côté d'Éric Zemmour

À écouter aussi

C'est pourquoi la quête des 500 signatures est devenue au fil des semaines l'autre enjeu de cette présidentielle. À droite comme à gauche, la fin de l'anonymat des signataires est dénoncée. Et cela donne même des accords politiques inattendus. Jean-Luc Mélenchon veut rétablir l'anonymat des élus. "Très bonne idée", lui a répondu Éric Zemmour lors de la présentation de ses vœux à la presse le 10 janvier.

Une réforme du système est-elle en cours ? Pas du tout. "On ne change pas les règles du jeu à quelques jours du match (...) Depuis que j’ai l’âge de regarder la vie politique, c’est toujours le marronnier de l’hiver", a répondu le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin. 

Il n'y a pas d’aide du côté de Valérie Pécresse

Équipe d'Éric Zemmour

Le candidat Reconquête s'est ainsi engagé dans un jeu d'équilibriste : alerter les élus sur les difficultés rencontrées pour obtenir les 500 signatures, sans pour autant entacher sa crédibilité et son poids politique. C'est pourquoi l'optimisme reste la ligne directrice. Un proche d'Éric Zemmour "pense" qu'il réussira à avoir ses signatures mais "comme pour d'autres, c'est dur, reconnaît-il. Les 100 derniers qui sont les plus difficiles à obtenir". 

Ces parrainages sont ainsi devenus un prétexte pour illustrer les tensions à droite et la guerre que se livrent Valérie Pécresse, Éric Zemmour et Marine Le Pen. L'équipe de l'ancien journaliste du Figaro tape sur Les Républicains. "Il n'y a pas d’aide du côté de Valérie Pécresse, nous assure-t-on. Elle a dit qu’elle expulserait les maires LR qui donneront leur parrainage à notre candidat. Donc stop". Le parti Reconquête va même jusqu'à pointer du doigt l'entourage de Marine Le Pen. "Vous avez compris la manœuvre... Évidemment qu’ils font ça pour que Marine Le Pen vous en parle, et moi, pour me 'corneriser'", résume un proche du candidat. 

Le Rassemblement national est quant à lui affirmatif : "Nous avons eu des remontées du terrain faites par des maires qui confirment cette histoire des parrainages, assure un proche de Marine Le Pen. Les Républicains jouent avec le feu en voulant maintenir Éric Zemmour et faire baisser Marine Le Pen". Invitée de BFMTV ce mercredi 12 janvier, la candidate RN a expliqué "ne pas avoir de preuves" de cette alliance, mais avoir reçu "des témoignages".

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/