1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2022 : Bertrand veut baisser les impôts de production "de moitié"
2 min de lecture

Présidentielle 2022 : Bertrand veut baisser les impôts de production "de moitié"

Dans un entretien aux "Échos", le candidat à l'élection présidentielle de 2022 l'assure : "il y aura une compensation par l'État aux collectivités concernées".

Xavier Bertrand, le 4 décembre 2020
Xavier Bertrand, le 4 décembre 2020
Crédit : FRANCOIS LO PRESTI / AFP
Marie-Pierre Haddad

Officiellement candidat à l'élection présidentielle, Xavier Bertrand distille les premières mesures qui constitueront son programme. Dans un entretien aux Échos, le président de la région Hauts-de-France veut "réduire de moitié les impôts de production". "Une priorité", selon lui qui "représente 33 milliards d'euros, pour revenir à la moyenne de la zone euro. Il y aura une compensation par l'État aux collectivités concernées", ajoute-t-il.

Xavier Bertrand souhaite aussi mettre en place "un crédit d'impôt de production". Il serait associé à "tout investissement productif" dans l'industrie et serait basé sur le modèle du crédit d'impôt recherche existant. 

"Il s'agit donc d'aller plus loin que le dispositif actuel de suramortissement de 40%, qui ne concerne aujourd'hui que les dépenses pour le digital et la robotique dans les PME dont le chiffre d'affaires est inférieur à 50 millions, détaille-t-il. Évidemment, je maintiendrai le crédit d'impôt recherche". 

Je ne laisserai ni filer les déficits ni augmenter la dette.

Xavier Bertrand dans "Les Échos"

Concernant la dette, l'ancien ministre de la Santé indique que "les baisses de rentrées fiscales" seront financées par "des efforts sur la dépense publique". "Je ne laisserai ni filer les déficits ni augmenter la dette", assure-t-il. 

À lire aussi

Autre proposition du candidat à l'élection présidentielle de 2022 : la mise en place d'une "task force permanente" dans "chaque région". Elle réunira "les services de l'État et les collectivités locales pour diviser par deux au moins les délais d'instruction des dossiers d'implantation", explique-t-il. Un "pouvoir d'adaptation de la réglementation nationale" serait ainsi laissé aux préfets, ajoute-t-il. 

Une attaque en direction d'Emmanuel Macron

Xavier Bertrand n'épargne pas Emmanuel Macron. "Le 'quoi qu'il en coûte' était nécessaire pour répondre à la crise", reconnaît-il. Mais selon lui le président de la République "serait plus crédible s'il n'était pas aux affaires depuis quatre ans. La France doit de nouveau jouer les premiers rôles dans les technologies de rupture". 
 
Sur le plan européen, le candidat taxe l'Europe de "naïveté" et réclame "un principe de réciprocité, et interdire l'accès à nos marchés publics pour des pays qui n'ouvrent pas les leurs". Il demande aussi "un mécanisme pour contrer l'extraterritorialité du droit américain qui pénalise scandaleusement nos entreprises". 

Selon un sondage Ifop-Fiducial publié dans Le Journal du Dimanche, Xavier Bertrand serait le mieux placé pour incarner la droite en 2022. Les intentions de vote lui accordent 16% au premier tour, contre 11% si la candidate est Valérie Pécresse, 7% s'il s'agit de Laurent Wauquiez et 6% dans le cas de Bruno Retailleau. Xavier Bertrand affirme aux Échos que "ce duel annoncé n'aura pas lieu, car les Français n'en veulent pas. Il nous plongerait à coup sûr dans une crise alors que notre pays a besoin d'apaisement et d'espoir".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/