1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2022 : Anne Hidalgo, le crash avant le décollage
2 min de lecture

Présidentielle 2022 : Anne Hidalgo, le crash avant le décollage

ÉDITO - La Maire de Paris veut se faire le relais de l'exaspération des Français face aux mesures sanitaires. Mais c'est bien d'un calcul politique qu'il s'agit. Et d'un mauvais, au vu des sondages de ceux qui ont critiqué le gouvernement frontalement dans la crise.

Anne Hidalgo dénonce une amende "absurde".
Anne Hidalgo dénonce une amende "absurde".
Crédit : LUDOVIC MARIN / AFP
Présidentielle 2022 : Anne Hidalgo, le crash avant le décollage
03:16
Présidentielle 2022 : Anne Hidalgo, le crash avant le décollage
03:16
Olivier Bost - édité par Thomas Pierre

Décidément, qu’il est dur d’être dans l’opposition au gouvernement en pleine crise sanitaire. Le cas Anne Hidalgo ne nous démentira pas. Jeudi dernier, par la voix de son Premier adjoint, Emmanuel Grégoire, elle demandait un confinement total pour Paris, et seulement Paris, pendant 3 semaines, avant de rouvrir les restaurants, les bars et de faire la fête. "Il ne faut pas raconter des fadaises", a tranché sévèrement dès le lendemain le Premier ministre Jean Castex. 

Lundi, après une réunion avec l’agence régionale de santé et le préfet de la région Île-de-France, Anne Hidalgo a refusé un confinement le week-end. "Une proposition dure, voire inhumaine", a-t-elle dénoncé.  Et pour éviter ça, elle propose d’ouvrir les fenêtres des écoles et de faire cours dehors. Il fallait tout fermer, maintenant il faut tout ouvrir.

Pourquoi est-ce une erreur politique ?

Anne Hidalgo veut se faire le relais d’une exaspération, d’une usure ressentie par beaucoup de monde. D’ailleurs, Matignon a précisé lundi soir que le confinement le week-end faisait "partie des possibilités mais ce n’est pas le scénario nécessairement privilégié". 

Cela fait 120 jours que nous sommes sous confinement puis couvre-feu. Chaque semaine, le gouvernement ou le président renvoie aux semaines suivantes. Un ministre ne le nie pas d’ailleurs : "Il y a de la lassitude. Le moral des Français n’est pas bon". Et il résume, "on essaye de tenir avec le moins de restrictions possibles". 

À lire aussi

A-t-elle raison pour autant ? Non, parce que c’est avant tout du calcul politique, et ça se voit beaucoup. Anne Hidalgo se retrouve à faire dans le "parisiano-parisien" au moment où elle veut se présidentialiser, parler aux Français, au moment où elle entame des visites au quatre coins de la France pour montrer sa nouvelle ambition présidentielle, poussée par des socialistes en mal de candidat.

Et elle s’enferme à l’intérieur du périph’, confinée puis pas confinée, comme sur une île : Paris, et le reste du monde. Et elle le fait sans en parler à personne, sans consulter, ce qui renvoie à une critique qui lui est souvent adressé : son sectarisme.

Un crash avant le décollage

En un week-end à peine, Anne Hidalgo s’est crashée avant le décollage (ce qui, soit dit en passant, amuse beaucoup dans le gouvernement). Dans ces critiques, Anne Hidalgo donne plus le sentiment de surfer sur le ras-le-bol, la morosité, que d’alerter vraiment le gouvernement.

Pourtant, elle devrait se méfier de cette malédiction qui touche toutes celles et tous ceux qui ont attaqué le gouvernement frontalement. Les présidents de régions, pour certains avec la présidentielle en tête, ont critiqué le début très mou de la campagne de vaccination. Rétrospectivement, ils n’avaient pas tort et les choses se sont accélérées après les coups de gueule. Mais politiquement, ils n’y ont absolument rien gagnés. Au contraire. 

Tous ceux qui ont protesté a un moment ou un autre contre la politique sanitaire y ont laissé des plumes ou plutôt des points : -3, -4, -5 points dans les sondages de popularité. D’ailleurs, depuis, vous les entendez beaucoup moins. Sauf… Anne Hidalgo.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/