1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Premier mois de Macron à l'Élysée : "C'est creux", estime l'économiste Frédéric Farah
2 min de lecture

Premier mois de Macron à l'Élysée : "C'est creux", estime l'économiste Frédéric Farah

INVITÉS RTL - Le publicitaire et PDG d'Hémisphère Droit Frank Tapiro et l'économiste Frédéric Farah font le bilan de ce premier mois de présidence.

Emmanuel Macron devant la pyramide du Louvre, au soir de son élection le 7 mai 2017.
Emmanuel Macron devant la pyramide du Louvre, au soir de son élection le 7 mai 2017.
Crédit : Jacques Witt/SIPA
Premier mois de Macron à l'Élysée : "C'est creux", estime l'économiste Frédéric Farah
07:30
Premier mois de Macron à l'Élysée : "C'est creux", estime l'économiste Frédéric Farah
07:33
Yves Calvi & Léa Stassinet

Il y a un mois, Emmanuel Macron devenait président de la République. Il remportait haut la main l'élection présidentielle, avec 66,10% des voix face à Marine Le Pen (33,90%). Depuis, le Président ne cesse de se faire remarquer, notamment de par ses prises de position face aux leaders étrangers. Ferme avec Vladimir Poutine comme avec Donald Trump, Emmanuel Macron collectionne les bons points. Au point d'avoir instauré une "Macronmania" en France ?

"Je ne l'espère pas", confie Frédéric Farah, économiste et co-auteur du livre "Introduction à la Macron-économie" avec Thomas Porcher. "Cela me paraît excessif de l'imaginer. Si l'on se fonde sur la dernière présidentielle, je n'ai pas eu l'impression qu'il y ait eu un plébiscite. Est-ce que les Français sont en admiration devant Emmanuel Macron? Je n'en sais rien", avoue-t-il. 

Pour le publicitaire Frank Tapiro, "il suffit de regarder son parcours depuis un an. Cet homme qui n'avait pas d'appareil, qui était soi-disant une bulle médiatique, et bien s'il n'y avait pas de fond, il n'aurait jamais eu ce parcours là. Depuis qu'il est président, il a redonné du sens à la fonction. Il est fait pour le job et rend fier les Français". 

Les idées de Macron sont largement connues, mais emballées dans quelque chose de 2.0.

Frédéric Farah

L'ancien Premier ministre Bernard Cazeneuve était lui plus réservé quand au premier mois de présidence d'Emmanuel Macron. Il déclarait il y a quelques jours : "Nous assistons à une succession d'images sympathiques". Un avis partagé par Frédéric Farah. "Il bénéficie d'une circonstance extraordinaire avec un mandat présidentiel précédent pas terrible, Donald Trump qui sort de la COP 21. Il trouve une formule géniale, il montre qu'il ne cède pas devant lui mais ce n'est que de la communication. J'observe les idées, et le corpus des idées économiques et sociales, ce sont des idées largement connues, mais emballées dans quelque chose de 2.0. Dans le fond, le neuf je ne le vois pas. C'est creux", martèle l'économiste. 

À lire aussi

Pour Frank Tapiro : "On est au début d'une 'Macronmania'. La communication c'est le passeport pour l'action politique. C'est les actions politiques qu'il va mener qui montreront si justement cela a été usurpé ou non". 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/