2 min de lecture Gouvernement

PMA pour toutes : d'une promesse de campagne à une réforme délicate

LES CHANTIERS DE LA RENTRÉE (2/6) - L'extension de la PMA à toutes les femmes fait partie des réformes de la rentrée pour l'exécutif. Un projet de loi qui s'annonce au cœur des débats avec l'opposition.

Emmanuel Macron, le 15 août 2019
Emmanuel Macron, le 15 août 2019 Crédit : Yann COATSALIOU / AFP
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Emmanuel Macron et son gouvernement ont fait leur rentrée. Mercredi 21 août a eu lieu le Conseil des ministres de rentrée. Au programme : des réformes. L'exécutif affûte de nouvelles réformes et les oppositions veulent se remettre en ordre de marche, alors que se profile déjà la bataille des municipales


Échaudés par les mois de contestation des "gilets jaunes", Emmanuel Macron et son gouvernement vont tenter de mieux faire accepter une série de réformes délicates. Désormais plus prudent, Emmanuel Macron veut éviter les réparties polémiques qui braquent l'opinion. Il s'est d'ailleurs fait extrêmement discret pendant ses trois semaines de retraite estivale au Fort de Brégançon.

En tête des réformes prévues : l'ouverture de la PMA pour toutes et l'unification des régimes de retraites, avec un âge "pivot" de départ à taux plein repoussé à 64 ans.

Un projet de loi examiné à partir du 24 septembre

La commission spéciale de l'Assemblée nationale installée en vue de l'examen du projet de loi bioéthique en septembre, qui inclura l'ouverture de la PMA à toutes les femmes, doit entamer ses auditions le 26 août

À lire aussi
L'application "Mon Compte formation" a été lancée ce jeudi 21 novembre. emploi
"Mon Compte Formation" : comment fonctionne l'application

Promis par Emmanuel Macron lors de la campagne présidentielle de 2017, mais maintes fois repoussé, le projet de loi sur la bioéthique et sa mesure phare sur l'extension de la procréation médicalement assistée (PMA) doit être examiné à partir du 24 septembre par les députés. 

Présenté le 24 juillet en Conseil des ministres, il prévoit aussi la possibilité d'autoconservation de ses ovocytes et la fin partielle de l'anonymat du don de sperme. 

Un remboursement de la PMA ?

Agnès Buzyn avait indiqué fin juin que la PMA serait remboursée à toutes et que la limitation d'âge pour le remboursement (43 ans) resterait inchangée. Cette déclaration a fait trembler Les Républicains. "La Sécurité sociale n'a pas à rembourser la PMA, quelque chose qui n'est pas fait pour combler une maladie. C'est une dérive du remboursement de la Sécurité sociale", a estimé sur le député LR Pierre-Henri Dumont, membre de la commission. 

"Que la société s'organise pour que les principes de la Sécurité sociale soient dévoyés, c'est un vrai problème", a abondé la députée LR Valérie Boyer sur LCI, rappelant que ces principes veulent que "les bien-portants cotisent pour les malades". "L'égalité, ce n'est pas de bénéficier de quelque chose parce qu'on n'est pas malade", a-t-elle insisté. 

Après la crise des "gilets jaunes", les suites de l'affaire Benalla et un été de polémiques sur les violences policières, la rentrée s'annonce délicate pour Emmanuel Macron. L'exécutif compte néanmoins poursuivre sa volonté de réformes. Tour d'horizon du programme des prochains mois, dans un contexte social tendu.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Gouvernement PMA
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants