2 min de lecture Hôpitaux

Plan d’urgence pour l’hôpital : l’État prêt à éponger un tiers de la dette

INFO RTL - Un tiers de la dette des hôpitaux publics pourrait être repris sous conditions d’investissement. L’objectif de dépenses de l’hôpital sera augmenté et entériné pour trois ans, et enfin des aides sociales compléteront les mesures budgétaires.

Le service d'urgence d'un hôpital (illustration)
Le service d'urgence d'un hôpital (illustration) Crédit : GUILLAUME SOUVANT / AFP
Anais Bouissou
Anaïs Bouissou édité par Maeliss Innocenti

"Nous devons investir plus fortement que nous l’avions envisagé", déclarait le président Emmanuel Macron la semaine dernière. C’est bien une aide massive que doivent annoncer ce mercredi 20 novembre le Premier ministre Édouard Philippe et sa ministre de la Santé Agnès Buzyn.

Selon nos informations, une enveloppe de 10 milliards d’euros sur trois ans va être débloquée à partir de 2020 pour combler la dette des hôpitaux publics français. Cela représente donc un tiers des 30 milliards de déficit qui plombent l’avenir des établissements de santé.

Cette reprise de dette ne sera pas automatique : elle se fera sous conditions. Les hôpitaux qui souhaitent en bénéficier devront avoir un projet solide d’investissement pour reconstruire un bloc opératoire défaillant par exemple ou pour innover. Si ce projet est jugé sérieux, à ce moment-là, l’État pourra reprendre une partie de la dette, pour redonner de l’oxygène aux hôpitaux sélectionnés, et pour leur permettre si besoin d’emprunter à nouveau à des taux corrects auprès des banques.

Environ 300 millions d’euros de budget en plus en 2020

Autre annonce à venir ce mercredi matin : l’Ondam (Objectif national de dépenses de l’assurance maladie), qui fixe le budget des hôpitaux, va être relevé. Les arbitrages ont été difficiles à prendre jusqu’au dernier moment, mais l’effort budgétaire pourrait aller jusqu’à une augmentation de 0,3 à 0,4 point d’Ondam, essentiellement pour l’hôpital public, soit environ, rien que pour 2020, 300 millions d’euros de plus par rapport au projet initial de budget.

À lire aussi
King's College Hospital, à Londres. hôpitaux
Coronavirus au Royaume-Uni : 3 mois de prison pour avoir volé 3 masques à l'hôpital

L’Ondam devrait être désormais fixé sur trois ans, géré donc à plus long terme qu’aujourd’hui où il est revu tous les ans. Plus de visibilité budgétaire, c’est justement ce que demandent depuis des mois la FHF (Fédération hospitalière de France) et la Fehap (Fédération des établissements hospitaliers et d’aide à la personne privés non-lucratifs).

Des aides au logement pour les soignants

Ces annonces budgétaires devraient être complétées notamment par des aides aux personnels hospitaliers d’Île-de-France. Il est question d’aides aux logements pour des aides-soignants et infirmiers qui n’ont souvent pas les moyens de se loger à Paris. Ces personnels hospitaliers pourraient se voir attribuer plus facilement des logements sociaux.

Cette mesure de pouvoir d’achat pour les personnels serait aussi bénéfique pour les établissements de l’AP-HP. L’espoir des gestionnaires est de rendre les emplois dans les hôpitaux publics d’Île-de-France plus attractifs, et donc de recruter davantage, pour éviter les nombreuses fermetures de lits pour cause de manque de personnels.

Aujourd’hui, dans les 39 établissements franciliens de l'AP-HP, rien que pour les infirmiers, il y a à l’heure actuelle plusieurs centaines de postes non pourvus.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Hôpitaux Gouvernement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants