2 min de lecture Lycées

#Pasdevague : le gouvernement démuni face aux témoignages des enseignants

ÉCLAIRAGE - Les enseignants témoignent sur les réseaux sociaux, des violences dont ils sont victimes au quotidien. De son côté, Jean-Michel Blanquer "encourage" l'interdiction du téléphone portable dans les lycées.

Jean-Michel Blanquer, le 31 août 2018
Jean-Michel Blanquer, le 31 août 2018 Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Des centaines de témoignages. Depuis deux jours, les réseaux sociaux vivent au rythme des messages postés par des professeurs avec #Pasdevague. Après l'affaire de la professeure braquée avec une arme factice par un élève de 15 ans à Créteil, les enseignants ont raconté les violences dont ils sont victimes au quotidien. 

Souvent, ces professeurs décrivent la solitude ressentie et le manque de soutien de l’administration face à des situations de violence. Sur Twitter, une professeure de lettres raconte qu'une élève l'a frappée dans un couloir mais que "le conseil de discipline ne l'a pas même exclue". Une autre, qu'un élève ayant agressé sexuellement un de ses camarades a réintégré la classe de sa victime après avoir été pourtant renvoyé définitivement par le conseil de discipline. 

Et le gouvernement ? Jean-Michel Blanquer "encourage" l'interdiction du téléphone portable dans les lycées, dans un entretien au Parisien.

Un sentiment "d'omerta"

"Notre loi ouvre la possibilité aux lycées d'interdire le portable. Cela n'était pas possible avant. J'encourage ainsi vivement les lycées qui sont confrontés à des faits anormaux à user de ce nouveau droit", a déclaré le ministre. Il a ajouté ensuite : "À Créteil, on peut se demander si les faits n'ont pas été accomplis pour être filmés et diffusés".

À lire aussi
école
Coronavirus : "L'école n'est pas un facteur d'accélération de l'épidémie", selon une infectiologue

"Quel triste aveu d'impuissance (...) que d'annoncer pour toutes actions l'interdiction du téléphone portable dans les lycées", a réagi la FCPE (fédération de parents d'élèves), auprès de l'AFP, regrettant "qu'aucune question ne soit posée sur la responsabilité de l'institution scolaire". 

Le secrétaire d'État auprès du ministre de l'Éducation nationale, Gabriel Attal, a indiqué qu'"il y a un sentiment d'omerta chez beaucoup de professeurs. Dans nombreux cas, les sanctions disciplinaires ne sont pas prononcées car le nombre de sanctions dit des choses sur la situation (d'un établissement) et les chefs d'établissement ont pu avoir tendance à faire en sorte qu'il y en ait moins".

Le comité stratégique donnera lieu à "des mesures fortes", a promis Gabriel Attal. Parmi les pistes d'action possible, il a évoqué une plus forte implication des associations et un effort concentré sur "les territoires où les situations (de violence) sont les plus fréquentes"

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Lycées Collèges École
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants