2 min de lecture Élections municipales

Municipales : Philippe recadre ses ministres et craint une mauvaise stratégie

DÉCRYPTAGE - Le Premier ministre doit faire face à plusieurs problématiques concernant la majorité pour les élections municipales. Quelle stratégie privilégier pour les investitures ? Quels ministres seront candidats ?

Le Premier ministre Édouard Philippe le 24 juin 2019
Le Premier ministre Édouard Philippe le 24 juin 2019 Crédit : LOIC VENANCE / AFP
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Au bord du psychodrame. Les élections municipales pourraient être fatales à La République En Marche. En effet, les investitures se multiplient au sein de la majorité provoquant des tensions au sein du parti présidentiel, mais aussi avec ses alliés comme le MoDem. La stratégie du cas par cas est largement privilégiée. Et qu'en est-il des "Macron-compatibles" ? Faut-il investir un candidat LaREM face à eux ?

Ces questions qui n'ont pas encore été tranchées commencent à agacer Édouard Philippe. "Les européennes, c'est la guerre électronique ; on voit ça de loin, à la télé. Alors que, les municipales, c'est un combat de rue. Et ça peut créer des inimitiés pour trente ans", a lancé le chef du gouvernement dans des propos cités par Le Canard Enchaîné

Lors du petit-déjeuner de la majorité à Matignon, devenu une tradition, le Premier ministre a mis en garde ses ministres. "Quand un maire fait un pas vers la majorité, on n’est pas obligé d’investir un candidat face à lui. Sinon, cela ne va pas pousser le maire en question à soutenir le président de la République", a -t-il indiqué. 

Quel candidat pour quelle ville ?

Un message "de fermeté" dans une "ambiance tendue", comme le rapporte un convive au Monde. Édouard Philippe préfère donc une autre stratégie que celle appliquée par La République En Marche : "Le camp présidentiel a davantage intérêt à s’allier avec des maires sortants bien implantés, afin de conquérir des villes, plutôt que de vouloir à tout prix présenter des purs 'marcheurs'", rapporte le journal.

À lire aussi
Eric Ciotti, député des Alpes-Maritimes élections municipales
Municipales 2020 : pourquoi Éric Ciotti renonce à briguer la mairie de Nice

Le 1er juillet dernier, La République En Marche a dévoilé le visage de 19 nouveaux candidats pour les élections municipales. Il s'agit de la deuxième vague de noms. La ville de Bordeaux cristallise les craintes d'Édouard Philippe. Le candidat investi n'est autre que Thomas Cazenave, un proche d'Emmanuel Macron. Il sera face à Nicolas Florian, considéré comme l'héritier d'Alain Juppé. Il bénéficie d'ailleurs du soutien du MoDem de François Bayrou étant pourtant un allié de La République En Marche. 

Quid des ministres-candidats ?

Autre sujet de tensions que va devoir gérer Édouard Philippe : les ministres qui souhaitent être candidats aux élections municipales. Ils sont plusieurs dans ce cas : Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des Comptes publics à Tourcoing, Sébastien Lecornu, ministre chargé des Collectivités territoriales à Vernon, Elisabeth Borne, ministre des Transports à Caen. Selon Franceinfo, "un tiers du gouvernement pourrait se retrouver sur des listes aux prochaines municipales"

Édouard Philippe aurait ainsi demandé à ses ministres de le tenir informé de leurs ambitions électorales. Le chef du gouvernement leur a aussi fixé une date limite : avant l'été pour savoir qui est candidat aux élections municipales.

Aurait-il alors fait évoluer sa position ? Au printemps dernier, Benjamin Griveaux à l'époque porte-parole du gouvernement mais aussi Mounir Mahjoubi, secrétaire d'État au Numérique avaient dû quitter le gouvernement, afin de se lancer à la conquête de Paris.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Élections municipales Gouvernement Édouard Philippe
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants