2 min de lecture La République En Marche

Municipales 2020 : premières tensions entre LaREM et le MoDem ?

À huit mois des élections municipales, les partis travaillent à la constitution de leurs listes. Et entre les deux principaux partis de la majorité, les désaccords risquent d'être nombreux.

Pauline de Saint-Remy Les Indispensables Pauline De Saint-Rémy iTunes RSS
>
Municipales 2020 : premières tensions entre LaREM et le MoDem ? Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Pauline de Saint-Remy
Pauline De Saint-Rémy
édité par Léa Stassinet

Si l'on fait abstraction des dernières européennes, la dernière fois que le parti d'Emmanuel Macron et celui de François Bayrou ont eu à se répartir des candidatures, aux élections législatives de 2017, les négociations avaient failli mal tourner.

Très insatisfait du nombre de circonscriptions attribuées dans un premier temps à ses candidats MoDem, le maire de Pau avait été jusqu'à déclarer publiquement que son parti avait "fait élire" Emmanuel Macron (c’était 5 jours après son élection, ndlr) et dénoncé une "opération de recyclage du Parti socialiste". 

Et donc deux ans plus tard, les discussions pourraient s’avérer encore plus complexes, entre un MoDem déjà bien implanté dans un peu plus de municipalités mais qui, en fonction de considérations locales, gouverne alternativement avec la droite et avec la gauche, et LaREM qui joue ses toutes premières élections municipales, avec un positionnement parfois difficile à trouver. 

François Bayrou lui-même menacé à la mairie de Pau ?

Dans certains cas, comme à Bordeaux, le parti présidentiel se tâte à défier le maire sortant, de droite, en l’occurrence, alors même que le MoDem co-dirige la ville. Même à Pau, les marcheurs ont caressé l’idée de présenter une liste face à celle de François Bayrou, révélait l’Opinion la semaine dernière. Une idée qui fait doucement rigoler dans les coulisses du pouvoir.

À lire aussi
Anne-Laure Cattelot, députée LREM réforme des retraites
Retraites : manifestation devant le domicile des parents d'une députée LaREM du Nord

Chez les ténors de la majorité on essaye néanmoins de relativiser : "Un homme avisé en vaut deux, on est un peu… prévenus. Mais à ce stade il y a plutôt des risques de frictions que des problèmes définitifs", m’a confié hier un proche de François Bayrou. Mais concrètement, le président du MoDem souhaite gagner du temps pour les investitures, et n’a pas très envie de lancer les campagnes dès cet été... 

Il n’a, par ailleurs, pas beaucoup aimé la tribune de la secrétaire d’État Marlène Schiappa au début du mois dans le JDD. Au point d’évoquer le sujet avec le chef de l’État, selon Le Parisien/Aujourd’hui en France d'hier. Avec deux députés, elle appelait les élus de toutes les sensibilités à "faire passer leur pays avant leur parti" en rejoignant LaREM. 

Une tribune "débile" de l’aveu même d’un cadre de LaREM qui, pour autant, en "triple off", comme on dit, ne croit pas tellement à la survie du parti bayrouiste au sein de la majorité, et sourit : "Le MoDem, au final, il va être digéré, mais il ne faut pas le dire à François Bayrou…".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
La République En Marche Élections municipales François BAYROU
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants