2 min de lecture Élections municipales

Municipales à Clermont-Ferrand : LR et LaREM s’allient face au maire PS sortant

Des élus LaREM s'opposent cependant à cette alliance dans cette ville historiquement ancrée à gauche.

La ville de Clermont-Ferrand dans le Puy-de-Dôme (illustration)
La ville de Clermont-Ferrand dans le Puy-de-Dôme (illustration) Crédit : THIERRY ZOCCOLAN / AFP
Chloé
Chloé Richard-Le Bris et AFP

Comme à Lyon, Strasbourg ou Bordeaux, les candidats LR et LaREM ont conclu une alliance de dernière minute à Clermont-Ferrand, relançant la campagne des municipales face au maire PS sortant, Olivier Bianchi, arrivé largement en tête au premier tour (38%).

Le candidat LaREM Éric Faidy (15,54% au premier tour), cadre chez Michelin de 59 ans, a conclu une alliance avec le LR Jean-Pierre Brenas (20,74%) dans ce bastion socialiste historique. "Nous avons décidé avec Jean-Pierre Brenas de continuer à porter le projet qui m'anime pour faire de Clermont une ville verte, solidaire, qui rayonne. Il était important de porter ce projet de façon aussi large que possible, après la crise du Covid que nous avons traversée", a déclaré Éric Faidy.

"Je me suis inscrit dans le mouvement de refonte de la vie politique d'Emmanuel Macron. Je ne sais pas si l'investiture de cette liste (par LaREM) sera confirmée au deuxième tour", a-t-il toutefois reconnu.

À Lyon, l'alliance du maire sortant Gérard Collomb avec la droite avait ulcéré nombre de cadres du parti présidentiel et conduit LaREM à lui retirer l'investiture dans une région dirigée par Laurent Wauquiez, symbole d'une droite dure. En Auvergne, des voix commencent à se faire entendre, réclamant le même sort pour Éric Faidy alors que Jean-Pierre Brenas siège au conseil régional dans la majorité de Laurent Wauquiez.

Des voix s'élèvent dans les rangs de LaREM

À lire aussi
Michèle Rubirola, la candidate de gauche à Marseille. élections municipales à Marseille
Élections municipales à Marseille : qui est Michèle Rubirola, la nouvelle maire ?

"Nous exigeons que cette liste fusionnée ne puisse se prévaloir du soutien de La République en Marche pour ne pas tromper notre électorat", écrivent mercredi 3 juin la députée LaREM du Puy-de-Dôme Valérie Thomas avec le référent du parti dans le département.

"Nous regrettons profondément le choix personnel de quelques colistiers LaREM qui va à l'encontre des valeurs du mouvement créé par le président de la République", ajoutent-ils. À gauche, la candidate de LFI Marianne Maximi (12,31% au premier tour) partira seule, regrettant que le maire sortant ait choisi de "rompre avec la tradition de la gauche clermontoise qui savait faire front face à la droite et à l'extrême droite".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Élections municipales Clermont-Ferrand Puy-de-Dôme
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants