3 min de lecture Marseille

Municipales 2020 : pourquoi Macron, Le Pen et Mélenchon convoitent Marseille

DÉCRYPTAGE - Jean-Claude Gaudin, le maire de Marseille depuis 25 ans, a annoncé qu'il ne se représentera pas pour les municipales de 2020. Il lance ainsi la pré-campagne pour LaREM, la France insoumise et le Rassemblement national qui sont déterminés à prendre la tête de la citée phocéenne.

Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen
Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen Crédit : AFP
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Marseille, déjà au coeur des élections municipales. Le maire Les Républicains sortant Jean-Claude Gaudin ne se représente pas pour les élections municipales de 2020, après 25 ans à la tête de la ville. Cette décision a ainsi lancé officieusement la pré-campagne dans la citée phocéenne. 

Qui va reprendre la tête de la deuxième ville de France ? La République En Marche ? La France insoumise ? Le Rassemblement national ? Tous ces partis convoitent Marseille et ont déjà lancé les hostilités. Quant à Jean-Claude Gaudin, ce dernier plaide pour une alliance entre la droite et le parti présidentiel, une hypothèse rejetée au niveau local. 

Et qu'en dit-on du côté de La République En Marche ? "J'en ai bien assez sur mon assiette pour faire fonctionner ce groupe (...) pour ne pas me mêler de choses qui ne me regardent pas directement", a répondu Gilles Le Gendre, le président du groupe de la majorité à l'Assemblée nationale.

La "ville de coeur" de Macron

À lire aussi
La ville de Marseille dans les Bouches-du-Rhône bouches-du-rhône
Marseille : dealer, un "job d'été" qui attire de plus en plus

Avant de se rendre au Japon à l'occasion du G20, Emmanuel Macron était à Marseille. Le président de la République a été interrogé sur les élections municipales, prochaine échéance électorale en 2020. 

"Ce qui m'importe, c'est que les projets les plus ambitieux pour Marseille sortent, puis après les responsables politiques prendront leurs responsabilités et les partis désigneront des candidats. Ce n'est pas le rôle du président de la République", a déclaré le chef de l'État. 

Mais cela n'a pas empêché Emmanuel Macron de faire de la politique : "Ce qui m'intéresse d'abord, c'est l'avenir de Marseille, qui est la deuxième ville de France. Je considère que l'État a aussi quelque chose à voir avec cette ville dans le sens où la France ne peut pas réussir si Marseille ne réussit pas", a-t-il poursuivi. Le chef de l'État a en outre estimé '"qu'il y a ici énormément de potentialités (...) c'est une ville à laquelle je suis très attaché, dans laquelle je sens qu'il y a aussi beaucoup de possibilités de faire", a-t-il poursuivi à propos de la cité phocéenne qu'il revendique être "sa ville de cœur"

Et pour cause, le président de la République est un supporter incontesté de l'Olympique de Marseille. Une visite de Brigitte Macron a aussi eu lieu mi-juin. La première dame a déjeuné avec des élus.

Mélenchon affaibli, le RN en embuscade

Marseille est aussi dans le viseur du Rassemblement national. Depuis les résultats des européennes, où le RN est arrivé largement en tête (26,3%), devant LaREM (20,6%), EELV (13,7%) et LR (8,3%), l'idée d'une union de la droite et de LaREM a circulé, défendue notamment par Jean-Claude Gaudin et Martine Vassal, présidente LR de la métropole et du département des Bouches-du-Rhône, et possible candidate. 

À Marseille, qui avait placé en tête Jean-Luc Mélenchon au 1er tour de la présidentielle, les Insoumis se retrouvent en 5e position (8%). L'extrême-droite fait des pointes dans le Var (33%), ou dans des villes comme Marignane (Bouches-du-Rhône), ancienne municipalité frontiste où Jordan Bardella culmine à 46%

"Avec ses zones rurales et péri-urbaines particulièrement défavorisées, où les "gilets jaunes" ont été très mobilisés, le Vaucluse offre également, et comme souvent, des scores massifs à l'extrême-droite", note l'AFP. Au niveau départemental, le Rassemblement national atteint les 32%, loin devant le LaREM (19%) et EELV (12%). À Sorgues, près d'Avignon, le RN arrive en tête avec 44% des voix. 

Côté alpin, l'avance du RN est moins marquée dans les Hautes-Alpes dans le département rural des Alpes-de-Haute-Provence. Le parti de Marine Le Pen y arrive en tête avec 27% des voix et 7 points d'avance sur LaREM. La liste soutenue par Emmanuel Macron parvient toutefois à se hisser en tête à Forcalquier (21,84%), fief du ministre de l'Intérieur Christophe Castaner

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Marseille Emmanuel Macron Élections municipales
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7797935672
Municipales 2020 : pourquoi Macron, Le Pen et Mélenchon convoitent Marseille
Municipales 2020 : pourquoi Macron, Le Pen et Mélenchon convoitent Marseille
DÉCRYPTAGE - Jean-Claude Gaudin, le maire de Marseille depuis 25 ans, a annoncé qu'il ne se représentera pas pour les municipales de 2020. Il lance ainsi la pré-campagne pour LaREM, la France insoumise et le Rassemblement national qui sont déterminés à prendre la tête de la citée phocéenne.
https://www.rtl.fr/actu/politique/municipales-2020-pourquoi-macron-le-pen-et-melenchon-convoitent-marseille-7797935672
2019-06-27 16:23:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/6Ed03ioYtbum1U2b2Fjn4g/330v220-2/online/image/2019/0627/7797936366_emmanuel-macron-jean-luc-melenchon-et-marine-le-pen.jpg