1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Mélenchon : "On se demande s'il n'a pas perdu la raison", dénonce la Licra

Mélenchon : "On se demande s'il n'a pas perdu la raison", dénonce la Licra

RÉACTION - La sortie de Jean-Luc Mélenchon a suscité une série de réactions indignées. Alain Jakubowitz dénonce des propos "dangereux".

Jean-Luc Mélenchon, le 14 janvier 2021
Jean-Luc Mélenchon, le 14 janvier 2021
Crédit : Bertrand GUAY / AFP
Mélenchon : "On se demande s'il n'a pas perdu la raison", dénonce le président de la Licra
02:00
Marie-Pierre Haddad
Journaliste

A moins d'un an de l'élection présidentielle, les esprits s'échauffent et certains semblent perdre leurs nerfs à l'image de Jean-Luc Mélenchon, à la peine dans les sondages. Le leader de la France insoumise s'attire les critiques d'une bonne partie de la classe politique y compris à gauche, après sa sortie chez nos confrères de Franceinfo.
 
Dans un long raisonnement où il dit souhaiter la candidature d'Emmanuel Macron pour pouvoir le mettre face à son bilan. Il donne l'impression de verser dans le complotisme avec cette curieuse prédiction

"On est au delà de la honte" dit Aurore Bergé de LaREM, "inacceptable" dit la socialiste Valérie Rabault. Consternation et colère de l'ancien président de la Licra, Alain Jakubowitz. Au micro de RTL, il déclare : "On se demande si cet homme n'a pas perdu la raison. Dans sa provocation, il arrive au summum du relativisme". 

C'est dangereux parce qu'il y a des gens qui embrayent le pas sur ce complotisme

Alain Jakubowitz, président de la Licra

Pour lui, "donner en exemple les atrocités de Mérah pour tenter de justifier qu'il y aurait des combines avant les élections présidentielles, on rêve de la part d'un responsable politique de premier plan". Et d'ajouter : "Lui-même ne peut pas croire quelque chose d'aussi absurde et dingue. C'est une espèce de déjection qui sort de sa bouche. C'est dangereux parce qu'à l'heure actuelle, il y a des gens qui embrayent le pas sur ce complotisme. C'est fou".

Pour le numéro 2 de la France insoumise, Adrien Quatennens, les propos de son patron ont été "détournés pour le faire passer pour un complotiste". "Ce qui est 'écrit d’avance' n’est pas 'l’incident' mais son instrumentalisation !", a expliqué le député LFI du Nord sur Twitter.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/