1 min de lecture Santé

Études de médecine : le numerus clausus supprimé à partir de la rentrée 2020

Emmanuel Macron devrait annoncer la fin du numerus clausus à l'issue de la première année commune aux études de santé, lors de la présentation de son plan Santé mardi 18 septembre.

RTL Soir On Refait le monde - Sotto RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
Médecine : le numerus clausus supprimé à partir de la rentrée 2020 Crédit Image : AURORE BELOT / BELGA / AFP | Crédit Média : Anaïs Bouissou | Durée : | Date : La page de l'émission
Thibaut Deleaz
Thibaut Deleaz
et AFP

Le concours très exigeant de première année de médecine, c'est bientôt fini. Emmanuel Macron devrait annoncer la fin du numerus clausus à l'issue de la Paces (première année commune aux études de santé) à partir de la rentrée 2020, lors de la présentation du plan santé mardi 18 septembre.

Instauré au début des années 1970 pour réguler la démographie médicale, le numerus clausus est un quota annuel d'étudiants pouvant être admis dans les études de médecine, pharmacie, maïeutique (sage-femme) ou odontologie (dentiste).

À l'issue d'une première année à ingurgiter par cœur des connaissances, les étudiants sont départagés lors d'un concours. Sur 60.000 étudiants inscrits, seulement 13.500 ont été accepté cette année, les autres devront redoubler ou se réorienter. "Ce n'est plus supportable, c'est un gâchis", avait estimé la ministre de la Santé Agnès Buzyn.

Une nouvelle forme de sélection

En supprimant le numerus clausus et le concours, le gouvernement entend ainsi répondre au manque de praticiens sur le territoire et favoriser la diversification des profils accédant aux études de médecine.

À lire aussi
Changement d'heure : quels appareils doivent être réglés dimanche 31 mars ? changement d'heure
Changement d'heure : quels sont les appareils à mettre à jour manuellement ?

Pour autant, la sélection ne sera pas entièrement abandonnée, elle devrait se faire à l'aide de partiels classiques, sans que les contours de cette nouvelle organisation ne soient encore clairs.

Le numerus clausus avait dans un premier temps été diminué dans l'espoir de réduire les dépenses, sans grand succès, avant d'être augmenté ces dernières années face aux pénuries croissantes de médecins et à l'apparition de déserts médicaux. La France devra faire face à une situation démographique médicale tendue jusqu'en 2025 environ.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Université Médecine
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants