1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Massacre du 17 octobre 1961 : Le communiqué de l'Élysée "ne donne pas satisfaction", déplore un historien
1 min de lecture

Massacre du 17 octobre 1961 : Le communiqué de l'Élysée "ne donne pas satisfaction", déplore un historien

INVITÉ RTL - Gilles Manceron, historien spécialiste du colonialisme français, déplore un communiqué timide du président de la République, qui a dénoncé ce samedi des "crimes inexcusables pour la République" sur le massacre des Algériens du 17 octobre 1961.

Emmanuel Macron lors de la cérémonie d'hommage aux victimes du massacre du 17 octobre 1961
Emmanuel Macron lors de la cérémonie d'hommage aux victimes du massacre du 17 octobre 1961
Crédit : Rafael Yaghobzadeh / POOL / AFP
RTL Soir Week-End du 16 octobre 2021
22:46
Vincent Parizot - édité par Romain Giraud

Alors qu'Emmanuel Macron a dénoncé ce samedi 16 octobre des "crimes inexcusables pour la République", à l'issue d'une cérémonie officielle pour les 60 ans du massacre des Algériens commis lors du 17 octobre 1961, Gilles Manceron historien spécialiste du colonialisme français, déplore de son côté "un communiqué qui ne donne pas satisfaction sur la connaissance de cet évènement." 

"C'est un pas supplémentaire, admet-il, mais Maurice Papon n'est pas le seul responsable. Il y avait forcément des décisions au-dessus du préfet de police, qui eux, ont une responsabilité très lourde dans cette répression", affirme l'historien. Le communiqué de l'Élysée mentionne en effet le nom de Maurice Papon, alors préfet de police, comme principal commanditaire de ce massacre :"les crimes commis cette nuit-là sous l'autorité de Maurice Papon sont inexcusables pour la République." 

"Ce qui me dérange, c'est qu'à aucun moment il n'emploie le terme de crime d'État", regrette-t-il, ajoutant qu'il "reste du travail à faire pour les historiens afin d'établir les responsabilités dans ce crime, car c'est un évènement d'une ampleur considérable qui est tombé dans le déni. Le Président Macron est dans une volonté de mettre la fin à ce déni, mais il est entravé au sein de sa majorité, qui ne tient pas du tout à ce qu'il avance de manière significative dans cette direction", a fustigé le spécialiste du colonialisme français. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/