2 min de lecture Élections municipales

Marseille : Jean-Claude Gaudin préside son dernier conseil municipal

Jean-Claude Gaudin, le maire sortant Les Républicains de Marseille, présidera son 198e et dernier conseil municipal, lundi 27 janvier, après 25 ans à la tête de la deuxième ville de France.

Jean-Claude Gaudin le 8 novembre à Marseille
Jean-Claude Gaudin le 8 novembre à Marseille Crédit : GERARD JULIEN / AFP
Etienne Baudu édité par Florise Vaubien

À 80 ans, Jean-Claude Gaudin passe le flambeau à une femme. Une succession très incertaine pour la droite tant le bilan du "seigneur de la Canebière" est contesté. On constate, chez tous les candidats, une volonté de se démarquer, à commencer par la candidate Les Républicains Martine Vassal, même si elle doit à Jean-Claude Gaudin l’essentiel de son parcours politique. 

"L’équipe Gaudin est allée sur toutes les listes donc, on l’évacue, je crois que les Marseillais et les Marseillaises souhaitent élire une personnalité et j'espère qu'ils voteront largement pour mes listes dans les huit secteurs", explique-t-elle sur RTL. Une guerre fratricide qui l’oppose à l’ancien patron de la fédération départementale Les Républicains, Bruno Gilles, qui part seul de son côté. 

Contrairement au passé, aucun candidat ne pourra l’emporter sur son seul nom, Yvon Berland, l'ancien patron de l’université, adoubé par La République En marche, n’est pas connu du grand public. "Je n'ai pas la notoriété des personnes qui mènent une carrière politique depuis 25 ou 30 ans mais d’un autre côté, j’apporte ce regard nouveau, ce regard de citoyen qui a vécu dans cette ville pleinement", a-t-il déclaré.

On ne veut plus de ce système

Michèle Rubirola, candidate d'union de la gauche aux municipales à Marseille
Partager la citation

Par ailleurs, la victoire ne pourra se jouer qu’avec des alliances, vu le nombre de prétendants sérieux : huit au total dont sept pourraient même atteindre les 10% des voix au premier tour. Certains auraient bien voulu que ces alliances soient contractées dès maintenant, comme Le printemps marseillais, un agglomérat de citoyens issus de collectifs, de syndicats et de représentants de partis de gauche. 

À lire aussi
Agnès Buzyn, ministre de la Santé, le 25 juin 2019 Agnès Buzyn
Les infos de 6h - Municipales : Buzyn a-t-elle encore des chances face à Hidalgo et Dati ?

À sa tête Michèle Rubirola : elle aurait souhaité un rapprochement naturel avec Europe Écologie Les Verts (EELV) qui tentent seuls l’aventure du premier tour. "On était tous sous les fenêtres de Monsieur Gaudin en disant : 'On ne veut plus de ce système'. Donc on doit être tous ensemble, rassemblés au premier tour, pour mettre un bulletin dans les urnes qui permettra à ce système de dégager. Je ne veux pas jouer à la roulette russe", a-t-elle indiqué. Le pari reste évidement risqué de partir chacun de son côté. 

Enfin, le Rassemblement national est installé comme une force importante, mais il a toujours aussi peu de réserves de voix, reconnaît le sénateur Rassemblement national Stéphane Ravier. "C’est une élection tellement particulière qui peut se jouer au troisième tour à l’occasion de l’élection du maire et là tout devient possible : il suffirait de gagner deux ou trois secteurs et cela pourrait suffire pour gagner la mairie".


Certains observateurs prédisent dans certains secteurs des triangulaires, mais pourquoi pas des quadrangulaires, voire même des pentagulaires avec cinq listes. Au vu du puzzle électoral dans les secteurs de la ville, rien n’est impossible. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Élections municipales Élections municipales à Marseille Marseille
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants