1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Macron face au Parlement européen : ce qu'il faut retenir de son discours
5 min de lecture

Macron face au Parlement européen : ce qu'il faut retenir de son discours

Emmanuel Macron s'est exprimé ce lundi 9 mai devant le Parlement européen. Réviser les traités européens, soutenir l'Ukraine, garantir notre indépendance et notre souveraineté... retrouvez ce qu'il faut retenir de son discours.

Emmanuel Macron devant le Parlement européen, lundi 9 mai 2022.
Emmanuel Macron devant le Parlement européen, lundi 9 mai 2022.
Crédit : LUDOVIC MARIN / AFP / POOL
Marine Derquenne & AFP

“La paix mondiale ne serait être sauvegardée sans des efforts créateurs à la mesure des dangers qui la menacent”, a commencé Emmanuel Macron lors de son discours au Parlement européen le 9 mai à Strasbourg.  

“La France a fait le choix de l’Europe en me donnant un nouveau mandat pour une Europe plus forte et souveraine”, a-t-il déclaré. Emmanuel Macron a également rappelé que les crises ne doivent pas pour autant "détourner notre agenda" rappelant la nécessité de protéger le climat et la biodiversité, notre santé et notre alimentation, de faire de l'Europe une organisation plus juste et plus inclusive, de la doter de moyens de se défendre et de défendre nos valeurs de l'état de droit."
 
Il s'est dit favorable à une révision des institutions et à la création d'une "communauté politique européenne" pour accueillir des pays qui auraient quitté l'UE, ou qui ne l'auraient pas intégrée, tel que l'Ukraine.

Avant sa prise de parole, le parlement était rempli de danseurs effectuant la chorégraphie d'Angelin Preljocaj intitulée "Danse l'Europe", une œuvre emblématique de la présidence française de l'Union européenne (PFUE).

1 - "Nous ne sommes pas en guerre contre la Russie"

Le président de la République a commencé par évoquer la situation ukrainienne, assurant que "nous ne sommes pas en guerre contre la Russie" et que "la liberté et l’espoir ont le visage de l’UE, c’est pourquoi nous continuerons de soutenir l’Ukraine”.
 

À lire aussi

“Nous avons mobilisé des moyens militaires, financiers, humanitaires” et “nous avons adopté des sanctions sans précédent" contre la Russie, a-t-il rappelé.

"Nous luttons contre l’impunité des crimes inqualifiables commis par la Russie contre l'Ukraine. Nous ne sommes pas pour autant en guerre contre la Russie. Nous œuvrons pour la réservation de la souveraineté et de l’intégrité territoriale l’Ukraine”, avant d'ajouter qu'il n'appartient "qu’à l’Ukraine de définir des conditions de négociations avec la Russie (...) mais notre devoir est d’être à ses côtés pour obtenir le cesser le feu et bâtir la paix”. “Nous devons à tout prix préserver la paix en Europe et éviter l’escalade”, a-t-il déclaré.

2 - Les crises ne doivent pas "nous détourner de notre agenda" et nous devons retrouver notre indépendance

Malgré ces crises, le Président a assuré qu'il ne fallait pas "se détourner de notre agenda". Il a rappelé la “nécessité de protéger le climat et la biodiversité, notre santé et alimentation, de construire une Europe plus juste et inclusive, une Europe de l'égalité homme/femme, dotée de moyens de se défendre" assurant qu'il fallait par ailleurs défendre "nos valeurs et de l’état de droit”.


Pour cela, Emmanuel Macron a affirmé qu'il y avait deux impératifs : retrouver notre "indépendance" et être "efficace". Sans ces deux conditions, "il n'y a pas de légitimité de notre démocratie", a-t-il expliqué. Ainsi, "nous avons besoin de "plus d'indépendance européenne et de souveraineté", a-t-il déclaré.
 
“La crise financière, la pandémie, la guerre nous ont montré nos vulnérabilités et le risque que nous ne répondions pas assez vite et assez fort", a-t-il reconnu. Le président a assuré que “rester ouvert sans être dépendant est une condition de la poursuite du projet européen et de nos démocraties”.

 
En matière écologique, "nous devons sortir plus vite des énergies fossiles, la guerre nous l’impose : à la fois répondre à notre agenda climatique, rester souverains et mettre la Russie face à ses responsabilités", a indiqué Emmanuel Macron. Il a également ajouté que "nous devrons être plus ambitieux sur le plan climatique : investir davantage dans les énergies renouvelables et nucléaires, prendre le chemin vers la sobriété énergique et soutenir le pouvoir d'achat des Européens".

Emmanuel Macron a aussi soutenu sa volonté de "retrouver notre indépendance alimentaire (...) démocratique et informationnelle".  Il nous faut ainsi "relever nos ambitions" et "permettre à l'UE de s’affirmer en tant que puissance”.

3 - Macron est favorable à la révision des traités européens

Emmanuel Macron s'est déclaré lundi à Strasbourg "favorable" à une "révision des traités" de l'Union européenne, en proposant que les dirigeants des 27 en discutent à leur sommet de juin. 

"Il faudra réformer nos textes, c'est évident. L'une des voies de cette réforme est la convocation d'une convention de révision des traités. C'est une proposition du Parlement européen et je l'approuve", a déclaré le président devant le Parlement européen, pour son premier discours sur l'Europe depuis sa réélection et l'offensive russe en Ukraine. 

"Ceci supposera d’avancer pour plus de simplicité, en continuant de généraliser le vote à la majorité qualifiée dans nos décisions pour nos principales politiques publiques, continuer d’avancer et de définir les voix et moyens d’être plus solidaires, clarifier nos objectifs, instaurer des objectifs pour tenir notre Europe unie - de croissance, plein emploi, objectifs climatiques - et reposer sur des objectifs devenus incomplets qui ne permettront pas de tenir entre unité face aux défis historiques", a déclaré le Président.


"Réformer et ouvrir ce chantier est aussi celui de la légitimité, du contrôle démocratique, de l’approfondissement de cette aventure démocratique inédite. Nous devons aller plus loin" notamment en réformant les "règles d’élection, de contrôle, droit d’initiative au Parlement européen". Les objectifs "de plein emploi, neutralité carbone, justice sociale devront aussi être au cœur de nos institutions.", a-t-il déclaré.

L'Ukraine, par son courage, est d'ores et déjà aujourd'hui membre de coeur de notre Europe"

Emmanuel Macron au Parlement européen, le 9 mai 2022 à Strasbourg.

"La guerre en Ukraine est l’aspiration légitime de ce peuple à rejoindre l’UE (...) nous invite à repenser notre géographie et l’organisation de notre continent", a-t-il expliqué, appelant notamment à la création d'une "communauté politique européenne" pour accueillir notamment l'Ukraine, en parallèle d'une procédure d'adhésion à l'UE qui prendrait "des décennies". Macron a rappelé par ailleurs que "l'Ukraine, par son combat et son courage, est d’ores et déjà aujourd’hui membre de cœur de notre Europe, notre famille, de notre union”.
  
"Cette organisation européenne nouvelle permettrait aux nations européennes démocratiques adhérant à notre socle de valeurs, de trouver un nouvel espace de coopération politique, de sécurité, de coopération", a déclaré Emmanuel Macron à l'occasion de la clôture de la Conférence sur l'avenir de l'Europe. Désormais, “il nous faut trouver la voix pour penser notre Europe, son unité, sa stabilité, sans fragilité”, a-t-il conclu, rappelant qu'il souhaitait "agir fort, aller, rêver grand".

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/