1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Macron en Corse : "Le moment du dialogue historique est venu", dit Simeoni sur RTL
1 min de lecture

Macron en Corse : "Le moment du dialogue historique est venu", dit Simeoni sur RTL

INVITÉ RTL - Entre boycott de sa visite par les dirigeants nationalistes et son refus de s'exprimer devant l'Assemblée corse, Emmanuel Macron retourne jeudi 4 avril en Corse dans un climat tendu.

Gilles Simeoni, le président nationaliste du conseil exécutif de Corse.
Gilles Simeoni, le président nationaliste du conseil exécutif de Corse.
Crédit : Eric Feferberg / AFP
Corse : "Le moment (du) dialogue historique est venu", dit Simeoni
00:05:41
Corse : "Le moment (du) dialogue historique est venu", dit Simeoni
00:05:42
Thomas Pierre

Chacun martèle de son côté sa volonté de "dialogue". Pourtant c'est bien une visite sous haute tension qui se profile pour le président de la République jeudi 4 avril en Corse. Une visite pour clôturer le grand débat qui sera boycotté par les élus nationalistes Jean-Guy Talamoni et Gilles Simeoni.

Invité à débattre au Parlement corse, Emmanuel Macron a de son côté promptement décliné l' "échange" mercredi. "Le président de la République (était) tout à fait disponible pour un échange avec MM. Simeoni et Talamoni à Cozzano ou à Paris dès qu'ils le souhaiter(aient)" précise l'Élysée.

Malgré ce refus présidentiel, "nous ne sommes absolument pas dans une logique de guerre", assure sur RTL Gilles Simeoni, le président du conseil exécutif corse. "Il y a aujourd'hui une logique de blocage politique qu'il faut dépasser. (...) Nous pensons que le moment de ce dialogue historique est venu et qu'il y a urgence à l'engager", insiste-t-il.

Une visite présidentielle sous tension

Pourquoi alors ne pas participer à la visite présidentielle ? "Nous pensons que les règles du débat de demain (jeudi 4 avril) ne permettront pas d'aborder l'ensemble des problèmes qui nous paraissent essentielles", répond Gilles Simeoni. "Nous avons été élus, il y a un peu plus d'un an, avec 56% des suffrages (...) avec un projet notamment d'autonomie, avec un certain nombre de propositions", déclare encore l'élu corse.

À lire aussi

Ce jeu politique s'inscrit dans un contexte de recrudescence de la violence depuis début mars dans l'île. Lundi 1er avril, des charges non explosées ont notamment été découvertes devant deux bâtiments des finances publiques à Bastia.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire