2 min de lecture Corse

Corse : deux tentatives d'attentats à trois jours de la visite d'Emmanuel Macron

Trois jours avant la visite d'Emmanuel Macron en Corse, deux charges explosives ont été découvertes ce lundi 1er avril à quelques heures d'intervalle devant deux bâtiments des finances publiques à Bastia.

Une explosion a été évitée de peu ce lundi matin devant le centre des finances publiques du Cap Corse, à Ville-di-Pietrabugno, en périphérie nord de Bastia.
Une explosion a été évitée de peu ce lundi matin devant le centre des finances publiques du Cap Corse, à Ville-di-Pietrabugno, en périphérie nord de Bastia. Crédit : Capture d'écran Google Street View
Sarah Ugolini
Sarah Ugolini
et AFP

  

>
Corse : deux tentatives d'attentats à trois jours de la visite d'Emmanuel Macron Crédit Média : Olivier BOY | Durée : | Date :

Un attentant a été évité de peu ce lundi 1er avril à Bastia. Trois jours avant une visite d'Emmanuel Macron en Corse, des charges, qui n'ont pas explosé, ont été découvertes ce lundi à quelques heures d'intervalle devant deux bâtiments des finances publiques à Bastia. La section antiterroriste du parquet de Paris s'est saisie de l'affaire. 

Lundi matin, c'est devant le centre des finances publiques du Cap Corse, à Ville-di-Pietrabugno, en périphérie de Bastia, qu'un agent du Trésor public a découvert une charge composée d'une centaine de grammes de tolite, un explosif à usage militaire fabriqué à partir de TNT. Alors que l'enquête débutait à peine, c'est une autre charge, constituée d'un bidon et d'une mèche, qui était trouvée en début d'après-midi devant la direction départementale des finances publiques, dans le centre-ville de Bastia. Une cinquantaine de personnes ont été évacuées du bâtiment pendant que les démineurs intervenaient. 

Attaquer un centre des impôts, c'est attaquer la République

Gérald Darmanin, ministre des Comptes publics.
Partager la citation

"Attaquer un centre des impôts, c'est attaquer la République", a réagi ce lundi matin sur Twitter le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin, condamnant une "attaque lâche". "Ça n'a pas explosé, c'est un avertissement, c'est une charge pour impressionner et avertir", a déploré lundi après-midi Jean-Pierre Battestini, secrétaire général local de la CGT Finances Publiques, présent sur place.

À lire aussi
Le Parlement européen en 2017 élections européennes
Les résultats des européennes 2019 en Corse par département

Il a fustigé, dans un communiqué, des attentats et tentatives d'attentats qui "mettent en péril la vie des personnels et fragilisent (...) nos missions de services publics au moment où justement le président Macron veut les supprimer. Macron et poseurs de bombe poursuivent les mêmes objectifs au détriment de l'intérêt général de la Corse". 

Le message politique est l'hypothèse plus que privilégiée

Dans la foulée de cette deuxième tentative d'attentat, le parquet de Paris a ouvert une enquête en flagrance pour association de malfaiteurs en vue de la préparation d'actes de terrorisme, tentative de destruction par engins explosifs, acquisition d'engins explosifs, transport et détention d'engins explosifs, des infractions commises en relation avec une entreprise terroriste. La sous-direction anti-terroriste (SDAT) et la direction régional de la police judiciaire (DRPJ) d'Ajaccio ont été saisies conjointement des investigations. 

Le fait qu'il y ait un message politique est l'hypothèse qui est plus que privilégiée. C'est donc une enquête terroriste qui est ouverte.  La sous-direction anti-terroriste de la police judiciaire est la plus compétente pour traiter ce genre d'affaires. Ils ont des groupes spécialisés sur les mouvements indépendantistes ou séparatistes corses. 

Ces événements, qui n'ont pas été revendiqués, interviennent alors que le président de la République Emmanuel Macron est attendu en Corse jeudi pour la dernière étape du grand débat national, une visite qui s'annonçait délicate avant même la découverte de ces charges explosives. Tous les groupes nationalistes appellent à un rassemblement pacifique pour la venue du président baptisé l'opération "île morte". À Paris, sa toute nouvelle porte-parole Sibeth Ndiaye a assuré que le gouvernement était "très attaché au dialogue avec les élus corses" et espérait "qu'il pourra se poursuivre de manière sereine dans les jours et dans les semaines à venir". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Corse Bastia Attentat
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7797340725
Corse : deux tentatives d'attentats à trois jours de la visite d'Emmanuel Macron
Corse : deux tentatives d'attentats à trois jours de la visite d'Emmanuel Macron
Trois jours avant la visite d'Emmanuel Macron en Corse, deux charges explosives ont été découvertes ce lundi 1er avril à quelques heures d'intervalle devant deux bâtiments des finances publiques à Bastia.
https://www.rtl.fr/actu/politique/corse-deux-tentatives-d-attentats-a-trois-jours-de-la-visite-d-emmanuel-macron-7797340725
2019-04-02 01:10:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/s0Bb8SVI_LGBY4qrMggcsA/330v220-2/online/image/2019/0402/7797340795_une-explosion-a-ete-evitee-de-peu-ce-lundi-matin-devant-le-centre-des-finances-publiques-du-cap-corse-a-ville-di-pietrabugno-en-peripherie-nord-de-bastia.PNG