1 min de lecture Politique

"Macron a alimenté la défiance des Français avec ses mots", juge Olivier Bost

ÉDITO - Les phrases du président de la République ont creusé un fossé avec les Français, avant même l'émergence des "gilets jaunes".

micro generique L'Edito Politique Olivier Bost iTunes RSS
>
"Macron a alimenté la défiance des Français avec ses mots", juge Olivier Bost Crédit Image : BENOIT TESSIER / POOL / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'Edito Politique - Olivier Bost
Olivier Bost

Je vous propose de revenir un an en arrière. Cela va vous paraître loin, une éternité même. Dans ses premiers vœux adressés à la nation, Emmanuel Macron, le 31 décembre, ne parle alors que d'action. 

Les premiers mois à l'Élysée se sont bien passés, rien ne lui résiste. "J'écouterai, j'expliquerai, je respecterai, et toujours à la fin, je ferai". C'est la détermination qui l'emporte sur tout. Le président suggère même à chaque Français de se demander ce qu'il peut faire pour le pays. 

Nous sommes devant le discours d'un manager face à ses équipes. C'est un peu le langage de l'entreprise appliqué à la gestion de l'État. Nous connaissons aujourd'hui la suite. À la toute fin de ses vœux de bonne année, Emmanuel Macron prononce une phrase prémonitoire. "Il y aura des difficultés, sans doute des choses que nous n'avons pas prévues."

Les envolées lyriques ou philosophiques du président sont difficiles à suivre

Olivier Bost
Partager la citation

Emmanuel Macron n'a pas saisi que ses phrases allaient aussi creuser le fossé avec les Français jusqu'à l'émergence des "gilets jaunes". Des chercheurs analysent ce que dit le chef d'État. Sa moindre parole publique est disséquée, comme les autres présidents avant lui. Damon Mayaffre, un chercheur du CNRS, a analysé la longueur des phrases

À lire aussi
Marion Maréchal Le Pen et Marine Le Pen en octobre 2016. politique
Marine Le Pen déclare ne pas avoir de "jalousie" vis-à-vis de Marion Maréchal

Quand Nicolas Sarkozy composait des phrases d'une vingtaine de mots, Emmanuel Macron revient plutôt à De Gaulle ou Mitterrand avec, en moyenne, 33 mots par phrase. Le vocabulaire utilisé est très large. On dépasse largement les 3.000 mots, à tel point que les collaborateurs du président sont obligés de consulter régulièrement le dictionnaire. 

"La pensée complexe d'Emmanuel Macron", comme le décrit un de ses collaborateurs, passe parfois par des envolées lyriques ou philosophiques très difficiles à suivre. Ces prises de parole peuvent vous faire passer pour une personne élitiste, hautaine ou snob. Emmanuel Macron n'a pas seulement relevé le niveau du débat. Avec son vocabulaire, il a aussi alimenté la défiance d'une part des Français. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Politique Discours Gouvernement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants