3 min de lecture Gilets jaunes

Loi anticasseurs : "La République ne peut pas se comporter comme une dictature", selon Alba Ventura

ÉDITO - Les Sages ont censuré l'article phare de la proposition du projet de loi anticasseurs. Il donnait notamment à l'autorité administrative le pouvoir d'interdire de manifestations toute personne présentant une "menace d'une particulière gravité pour l'ordre public".

Micro RTL générique L'Edito politique Olivier Bost iTunes RSS
>
L'Edito politique du 05 avril 2019 Crédit Image : Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Alba Ventura
Alba Ventura édité par Marie-Pierre Haddad

Le Conseil constitutionnel a censuré, jeudi 4 avril, l'article phare de la loi anticasseurs. Celui qui donnait la possibilité aux préfets d'interdire aux plus violents de manifester. C'est un revers pour Emmanuel Macron ?

Oui bien sûr. Même si on pourra nous rétorquer qu’Emmanuel Macron avait pris les devants. Souvenez-vous, il avait lui-même décidé de saisir le Conseil constitutionnel, il avait anticipé cette censure. C’était une manœuvre habile qui lui permettait à la fois de se protéger (parce que ce texte était controversé) et d’empêcher une victoire de ses opposants.

Mais c’est quand même une défaite parce que la majorité avait voté cette loi. Une loi soutenue par le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, à un moment de déchaînement de violence en pleine crise des "gilets jaunes".

Une loi en réaction à une émotion

Mais ce n’est pas qu’une défaite politique. D’abord, c’est une piqûre de rappel, ça vient rappeler qu’il faut toujours y aller avec des pincettes quand on vote des lois dans la précipitation ou sous le coup de l’émotion. On était un peu dans la même situation au moment de la déchéance de nationalité. 

À lire aussi
La permanence d'Adrien Morenas à Carpentras, 2018 faits divers
Carpentras : la permanence d'un député LaREM vandalisée par un mystérieux "GJ"

C’était une réaction à une émotion, on était après les attentats et tout a volé en éclat politiquement, à la suite de cette mesure parce qu’il y a toujours le risque que ces décisions soient un jour détournées. L’interdiction préventive de manifester, c’est une décision qui est prise pour une situation donnée mais il ne faut jamais oublier qu’une loi, ça reste ! 

Ce n’est pas le politique qui décide des libertés publiques, c’est le judiciaire

Alba Ventura
Partager la citation

La deuxième chose, c’est que l’on est dans un  État de droit et c’est ce que le Conseil Constitutionnel a rappelé. Il a rappelé qu’on a voulu donner aux préfets des pouvoirs, qui sont les pouvoirs des juges ! Il a rappelé que le droit c’est la justice qui le rend, pas l’État, pas les préfets. Ce n’est pas le politique qui décide des libertés publiques, c’est le judiciaire.

Le fondement de nos valeurs

Mais comment fait-on face à des gens qui ne respectent pas la République ? La force de la République, c’est le droit. Regardez, on a deux leaders "auto-proclamés" des "gilets jaunes" qui ont été convoqués par la police, pour avoir lancé des appels à l’insurrection

On ne sait pas s’il y aura des suites judiciaires parce que lorsqu’on regarde le droit, c’est très limité. L’appel à l’insurrection armé est puni par la loi, mais l’appel à l’insurrection "tout court", non. Sinon Jean Luc Mélenchon serait déjà sous le verrous ! Moi, cet appel m’avait fait monter la moutarde au nez. J’avais trouvé ça scandaleux. Mais il y a une différence entre ce qui est scandaleux et ce qui est illégal.

Ça peut agacer d’entendre ça. Moi ça m’agace, mais si on se met à mettre en taule tous les gens qui nous agace, alors on n’est plus en République. On peut considérer que la République est en difficulté ou démunie face à ceux qui ne la respectent pas mais la République ne peut pas se comporter comme une dictature. En apparence, on peut penser que certains événements rendent fragile notre République mais en réalité ça la rend forte, parce que c’est le fondement de nos valeurs. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Gilets jaunes Assemblée nationale Emmanuel Macron
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7797365936
Loi anticasseurs : "La République ne peut pas se comporter comme une dictature", selon Alba Ventura
Loi anticasseurs : "La République ne peut pas se comporter comme une dictature", selon Alba Ventura
ÉDITO - Les Sages ont censuré l'article phare de la proposition du projet de loi anticasseurs. Il donnait notamment à l'autorité administrative le pouvoir d'interdire de manifestations toute personne présentant une "menace d'une particulière gravité pour l'ordre public".
https://www.rtl.fr/actu/politique/loi-anticasseurs-la-republique-ne-peut-pas-se-comporter-comme-une-dictature-selon-alba-ventura-7797365936
2019-04-05 07:35:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/L0XexfBhuDlyn9qA4aBqPQ/330v220-2/online/image/2019/0317/7797224962_000-1ep5mu.jpg