1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Les infos de 5h - Coronavirus : Agnès Buzyn assure avoir alerté le gouvernement dès le 11 janvier 2020, en vain
2 min de lecture

Les infos de 5h - Coronavirus : Agnès Buzyn assure avoir alerté le gouvernement dès le 11 janvier 2020, en vain

Plus de deux ans après le début de la pandémie, l'ancienne ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a vidé son sac dans des confidences publiées par le journal "Le Monde". Celle qui affirmait publiquement, fin janvier 2020, que les risques de propagation du Covid en France étaient "très faibles" tirait, en réalité, les sonnettes d'alarme en coulisses.

L'ancienne ministre de la Santé Agnès Buzyn, devant la commission d'enquête du Sénat à Paris, le 23 septembre 2020.
L'ancienne ministre de la Santé Agnès Buzyn, devant la commission d'enquête du Sénat à Paris, le 23 septembre 2020.
Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Les infos de 5h - Coronavirus : Agnès Buzyn assure avoir alerté le gouvernement dès le 11 janvier 20
00:08:33
Le journal RTL de 5h du 26 octobre 2022
00:08:33
Thomas Despré - édité par Jeanne Le Borgne
Je m'abonne à la newsletter « Politique »

L'ancienne ministre de la Santé, Agnès Buzyn, se souvient que dès le 11 janvier 2020, soit deux mois avant le confinement, elle a prévenu Emmanuel Macron et Édouard Philippe à plusieurs reprises. À l'époque, le nouveau coronavirus n'a tué qu'une personne, mais elle écrit : "l'information ne figure pas encore dans les médias, mais cela peut monter"

Quelques jours plus tard, elle insiste dans un deuxième message : "l'OMS a pris la mauvaise décision de ne pas déclencher une alerte mondiale. Je suis à votre disposition pour faire un point de situation". Une proposition à laquelle le Président ne répond pas. 

Il faut alors attendre le 8 février pour qu'Agnès Buzyn parvienne à parler du Covid directement avec le chef de l'État pour la première fois. Selon le journal, elle est au cinéma lorsque Emmanuel Macron l'appelle. Elle lui dresse un tableau noir : "nous allons devoir fermer les frontières, arrêter les vols internationaux, confiner". 

Réponse du plus proche collaborateur du Président : "mais qu'est-ce que tu lui as dit ? Tu as réussi à lui faire peur". Nous sommes alors près d'un mois après les premières alertes d'Agnès Buzyn. 

Hier soir, l'Élysée, Édouard Philippe et ses proches se refusaient à tout commentaire. 

À écouter également dans ce journal

Assurance chômage - Après l'Assemblée, le Sénat a, à son tour, voté le texte de loi visant à réformer l'assurance chômage, qui prévoit de moduler les allocations à la conjoncture.


Roanne - Un père de famille est poursuivi pour avoir fait justice lui-même. Il s'en est pris à l'agresseur sexuel présumé de sa fille de six ans.

Relation Franco-allemande - Le président recevra, ce mercredi 26 octobre, le chancelier allemand Olaf Scholz. Il sera notamment question du plafonnement du prix du gaz.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi