2 min de lecture Syndicats

Les actualités du 12h30 - Force ouvrière : le conséquent train de vie des cadres

Selon des documents consultés par "Le Parisien", 13 membres de la direction du syndicat ont présenté plus de 380.000 euros de notes de frais en 2017.

Jean-Claude Mailly et Pascal Pavageau, les deux derniers dirigeants de Force ouvrière, à Matignon en 2014
Jean-Claude Mailly et Pascal Pavageau, les deux derniers dirigeants de Force ouvrière, à Matignon en 2014 Crédit : BERTRAND GUAY / AFP
Claire Gaveau
Claire Gaveau
et AFP

Une nouvelle polémique au sein de Force ouvrière ? Selon des documents confidentiels que s'est procuré Le Parisien, le syndicat ne se prive pas, malgré plus de 630.000 euros de pertes en 2017. Selon le quotidien, les hauts dirigeants auraient dépensé plus de 380.000 euros en notes de frais sur cette même année

Hôtels, loyers, avions, factures... Les 13 membres de la direction de la confédération auraient ainsi atteint les 388.683 euros. En première ligne ? Pascal Pavageau, qui a démissionné du poste de secrétaire général mi-octobre, avec une note dépassant les 50.000 euros en 2017 (contre 49.263 euros en 2016 et 33.827 euros en 2015). 

Des chiffres qui pourraient donner le tournis à certains. Mais l'ancien dirigeant n'est pas le seul. Outre son salaire de 100.330 euros annuel, Jean-Claude Mailly, le prédécesseur de Pascal Pavageau, a présenté une facture de 34.000 euros (contre 32.000 en 2016 et 35.000 euros en 2015).

Mais sur les trois dernières années, date des documents consultés par le quotidien régional, certains chiffres interpellent encore davantage. Ainsi, en 2015, une cadre méconnue du syndicat a établi jusqu'à 60.440 euros de notes de frais, dont la moitié concernait des vols sur Air France.

S'il y a des dérives, il faudra qu'elles soient corrigées

Muriel Pénicaud
Partager la citation
À lire aussi
Magland, près de Lyon (Rhône-Alpes. société
Etudiant immolé à Lyon : les syndicats dénoncent "la précarité" à l'université

Force ouvrière, à l'heure actuelle, ne confirme pas ces chiffres. Mais la direction a annoncé se réunir en urgence sur ce sujet ce lundi 12 novembre, à partir de 12h30.

Interrogée sur Public Sénat ce lundi 12 novembre, Muriel Pénicaud a souligné qu'une organisation syndicale "comme une entreprise ou une collectivité territoriale se doit d'être transparente, équitable". "S'il y a des dérives, il faudra qu'elles soient corrigées", a ajouté la ministre, tout en insistant sur le fait qu'il "est important de ne pas jeter le bébé avec l'eau du bain et confondre tout le mouvement syndical avec quelques dérives, éventuelles".  

À écouter également dans ce journal

Éducation nationale - 72% des Français considèrent que la mobilisation des enseignants ce lundi 12 novembre est justifiée, selon un sondage Odoxa.

Fait divers - Comment une femme a pu cacher son enfant dans le coffre de sa voiture pendant presque deux ans ? C'est la question au cœur du procès en assises de Rosemary à Tulle.

Sport - Ils ont traversé l'Atlantique et plusieurs coups de tabac pour ne finir qu'à 7 minutes et 8 secondes d'écart en Guadeloupe. Francis Joyon a donc remporté la Route du Rhum devant François Gabart.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Syndicats Force ouvrière Jean-Claude Mailly
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants