1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Législatives 2022 : les Insoumis peuvent-ils prendre la tête de la commission des Finances ?
2 min de lecture

Législatives 2022 : les Insoumis peuvent-ils prendre la tête de la commission des Finances ?

Bien partis pour devenir le principal groupe d'opposition à l'Assemblée et revendiquer la présidence de la commission des Finances, les Insoumis doivent faire face aux réticences de LaREM.

Jean-Luc Mélenchon
Jean-Luc Mélenchon
Crédit : JULIEN DE ROSA / AFP
Législatives 2022 : les Insoumis peuvent-ils prendre la tête de la commission des Finances ?
00:02:59
La Macronie n'a pas envie que LFI prenne la commission des finances
00:02:59
Micro générique Switch 795x530
Aurélie Herbemont - édité par Florine Boukhelifa

Depuis 2007, le prestigieux poste de présidence de la commission des Finances de l'Assemblée est occupé par l'opposition : un socialiste quand Nicolas Sarkozy était à l'Élysée, un UMP sous François Hollande et un LR pendant le premier quinquennat d'Emmanuel Macron. Pour autant, cela veut-il dire que les Insoumis sont bien partis pour occuper cette fonction ?

En cas d'échec de l'opération "Jean-Luc Mélenchon à Matignon", les Insoumis peuvent devenir la principale opposition et viser la commission des finances. "Elle nous revient de droit et on l'aura", martèle d'ailleurs une dirigeante du parti. "Les macronistes n'auront pas le choix", abonde un député.

Cependant, l'idée d'examiner le budget sous la houlette d'un mélenchoniste donne des sueurs froides à la majorité présidentielle. "Ils peuvent filtrer des amendements, aller faire des contrôles dans toutes les administrations", confie un spécialiste, "c'est dangereux s'ils en font une utilisation politique excessive". Au ministère du Budget, où Gabriel Attal vient d'arriver, un tel scénario est imaginé comme "vraiment sport".

Mélenchon à Matignon, LaREM à la commission ?

Après avoir à nouveau observé le règlement de l'Assemblée, qui prévoit que la présidence revienne à "un député d'un groupe d'opposition, la majorité aimerait ruser grâce à cette subtilité, puisque cela signifie qu'il peut y avoir plusieurs candidats. "On pourrait soutenir un LR", dit un stratège d'Emmanuel Macron, à condition que la droite n'ait pas un minuscule groupe, ce qui ferait vraiment mauvais genre.

À lire aussi

Autre possibilité, voter pour un socialiste. Valérie Rabault, l'actuelle patronne du groupe PS, serait un "bon compromis", glisse un conseiller. La manœuvre n'est néanmoins pas simple : elle implique de fracturer la NUPES alors que LFI imagine un candidat unique de gauche. Un macroniste dédramatise : "On leur laisse et les Français verront leur stratégie de bordelisation".

Face à ces manœuvres, les Insoumis sont prêts à crier au "hold-up démocratique" s'ils n'obtiennent pas la commission. "On ne se comportera pas comme des brigands, on n'en profitera pas pour faire de la basse police", "on fera un travail sérieux", clament-ils pour rassurer. Un autre député promet : "Si Mélenchon est à Matignon, c'est En Marche qui aura la commission des Finances".

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/