1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Législatives 2022 : comment la macronie drague des soutiens LR et PS
2 min de lecture

Législatives 2022 : comment la macronie drague des soutiens LR et PS

Nupes, LR, RN... La macronie est obligée de sonder les oppositions pour savoir sur qui elle pourra compter à l'Assemblée.

L'Assemblée Nationale (illustration)
L'Assemblée Nationale (illustration)
Crédit : Christophe ARCHAMBAULT / AFP
Législatives 2022 : comment la macronie drague des soutiens LR et PS
00:03:12
Un air de campagne du 23 juin 2022
00:03:12
Micro générique Switch 795x530
Aurélie Herbemont - édité par William Vuillez

Emmanuel Macron a pris la parole jeudi soir pour mettre les oppositions sous pression. Côté réactions, pas d'enthousiasme débordant à gauche : "Enfumage", pour Jean-Luc Mélenchon. Le patron du PS Olivier Faure estime quant à lui que "les formations politiques n'ont pas à lui répondre jusqu'où elles sont prêtes à aller pour lui donner un chèque en blanc". Le RN est un peu moins raide : "On sera fermes mais constructifs"

Et le président du groupe LR Olivier Marleix annonce que la droite fera des propositions sur le pouvoir d'achat la semaine prochaine, histoire que ce soit la majorité qui dise ce qu'elle accepte, ou pas. Un député rappelle que sur ces 5 dernières années : LR a voté la moitié des lois et la majorité a rejeté 94% des propositions de la droite. Il y a la main tendue officiellement par le président et ce qui se passe en coulisses.

LR répète sur tous les tons depuis dimanche "pas de coalition", mais une "opposition responsable". Édouard Philippe, Gérald Darmanin et les autres ex-LR sondent donc leurs anciens camarades pour voir ce que ça veut dire, mais pas tous. Ils voient bien où ils seraient mal reçus. "Je n'ai pas une vocation de dinde avant Noël", confie un député qui n'a pas eu droit à son coup de fil. Les macronistes tentent leur chance auprès des plus constructifs. L'idée n'est pas forcément de faire du débauchage pur et dur mais au moins s'assurer que tout LR ne pratiquera pas l'opposition frontale.

Éviter des votes "contre"

"Si on met un Premier ministre de droite est ce que tu t'abstiens au vote de confiance ?". L'idée : éviter des votes "contre" qui, additionnés à la Nupes et au RN, feraient tomber le gouvernement. Certains promettent l'abstention si Matignon vire à droite. Quelques élus ont même confié être prêts à s'abstenir y compris si Élisabeth Borne reste car "le pays est en crise, il faut que le gouvernement puisse travailler". 

À lire aussi

Ce principe d'abstention pourrait être crucial sur n'importe quelle loi. "Ça pourrait permettre de gouverner", explique un ministre. La liberté de vote au groupe LR est garantie. Bref, il est probable que le groupe soit panaché sur chaque texte avec des "contre", des "abstentions" et pourquoi pas des "pour". Il y a d'élus "bon esprit" chez LR c'est tout l'enjeu pour la macronie.

À gauche, Élisabeth Borne et Olivier Véran sont à la manœuvre. Il a déjà passé une trentaine de coups de fil à des sociaux démocrates présumés constructifs. Il leur demande ceci : "Si on travaille des textes avec vous, est ce que vous êtes prêts à voter pour ?". Les députés de gauche sont aussi sondés sur la motion de censure déjà promise par les Insoumis. Soulagement quand un député répond : "Je ne veux pas paralyser le pays". Mais la question reste entière : y en a-t-il assez ?

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/