1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Le Pen/Dupont-Aignan : comment l'alliance s'est-elle formée en coulisses ?
2 min de lecture

Le Pen/Dupont-Aignan : comment l'alliance s'est-elle formée en coulisses ?

ÉCLAIRAGE - Philippe Olivier, le beau-frère de Marine Le Pen, a été au centre des négociations entre la candidate Front national et le leader de Debout la France.

Nicolas Dupont-Aignan et Marine Le Pen, le 29 avril 2017
Nicolas Dupont-Aignan et Marine Le Pen, le 29 avril 2017
Crédit : GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Le PenDupont-Aignan comment l'alliance s'est-elle formée en coulisses
01:27
Jacques Serais & Ludovic Galtier

Si elle l'emporte dimanche 7 mai, Marine Le Pen fera de Nicolas Dupont-Aignan son premier ministre. La candidate du Front national et le leader de Debout la France, fort de ses 4,7% d'électeurs du premier tour, ont scellé une alliance patriote et républicaine samedi 29 avril et présenté un accord de gouvernement, conclu bien plus tôt en coulisses. Un homme a été la cheville ouvrière de ce rapprochement. Il s'appelle Philippe Olivier, c'est le beau-frère de Marine Le Pen.

Un temps en rupture avec le Front national, il a passé quelques mois avec Nicolas Dupont-Aignan avant de revenir auprès de sa belle-sœur et de devenir un homme clé dans le dispositif de la campagne. Plusieurs rencontres entre Nicolas Dupont-Aignan et Marine Le Pen ont eu lieu cette semaine dans le plus grand secret. Les choses se sont accélérées lundi 24 avril, lendemain du premier tour et jour choisi par Marine Le Pen pour se mettre "en congé" de la présidence de son parti, mais depuis des mois le lien était maintenu. Un accord tacite existait même durant la campagne.

Par exemple, Nicolas Dupont Aignan devait s'attaquer à François Fillon et Emmanuel Macron lors du débat à 11 candidats, diffusé le 20 mars sur TF1, sans que Marine Le Pen ne s'abîme. Le président de Debout la France a pris sa décision définitive dans la matinée du 28 avril. Les négociations sur les termes de l'accord sont alors entrées dans le dur. Ce ralliement infléchit à droite le positionnement de Marine Le Pen. Les tenants d'une ligne plus sociale comme Florian Philippot n'en sont pas ravis. Le rétropédalage sur l'euro notamment fait actuellement grincer des dents au FN.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/