1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Le gouvernement "se sert de nous comme boucs émissaires", réagit un patron de discothèque
1 min de lecture

Le gouvernement "se sert de nous comme boucs émissaires", réagit un patron de discothèque

RÉACTION - Jean Castex a annoncé lundi 6 décembre la fermeture des discothèques ès ce vendredi 10 décembre pour au moins 4 semaines. Grégory, patron de boîte de nuit en Vendée, dénonce cette décision au micro de Pascal Praud.

Pascal Praud dans "Les Auditeurs ont la parole" le 7 décembre 2021
Pascal Praud dans "Les Auditeurs ont la parole" le 7 décembre 2021
Crédit : RTL
Le gouvernement "se sert de nous comme boucs émissaires", réagit un patron de discothèque
04:35
Le gouvernement "se sert de nous comme boucs émissaires", réagit un patron de discothèque
04:30
Pascal Praud & Cassandre Jeannin

Jean Castex et Olivier Véran ont détaillé lors d'une conférence de presse de nouvelles mesures de restrictions sanitaires afin de ralentir et faire face à la 5e vague de l'épidémie de Covid-19. Le Premier ministre a notamment annoncé la fermeture de l'ensemble des discothèques pour "quatre semaines" dès ce vendredi 10 décembre. Grégory, gérant d'une discothèque en Vendée, a réagi à cette mesure dans Les Auditeurs ont la parole. 

"Je ne sens pas notre profession responsable de ce qu'il se passe. Je pense qu'ils se servent de nous comme boucs émissaires puisqu'on est que 1.300 discothèques en France et que c'était facile de fermer la plus petite corporation, déplore Grégory. On n'est pas plus dangereux que les bars ou les restaurants, les réunions en famille". 

"Ce qui est terrible c'est qu'on voit un meeting par exemple d'Eric Zemmour ou Jean-Luc Mélenchon dimanche (5 décembre, ndlr) avec 25.000 personnes ensemble et d'un autre côté on dit à des gérants de discothèques 'vous ne pouvez pas recevoir du public'", réagit Pascal Praud à ce témoignage.

"Les gens vont comprendre qu'ils ne savent pas trop quoi faire et qu'ils veulent nous embêter nous", selon le patron de discothèque. C'est sûr que dans quatre semaines on n'ouvrira pas, j'en mets ma main à couper. Le gouvernement au lieu de dire 'on s'est trompé' dira 'heureusement qu'on les a fermés autrement ce serait encore pire'". 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/