1 min de lecture Islamisme

Islamisme radical : "Il y a un risque de guerre civile", prévient Pierre de Villiers sur RTL

INVITÉ RTL - Pierre de Villiers, auteur de "L’Équilibre est un courage" et ancien chef d'État-Major des armées revient sur l'islamisme radical en France, contre lequel est déjà menée une "vraie guerre".

Thomas Sotto L'Entretien du Jour Thomas Sotto iTunes RSS
>
Islamisme radical : "Il y a un risque de guerre civile" prévient Pierre de Villiers Crédit Image : Kervin Portelli | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
RTL Soir On Refait le monde - Sotto
Thomas Sotto édité par Nicolas Barreiro

L'assassinat du professeur d'histoire-géographie Samuel Paty entre dans la liste des attentats qui ont frappé la France ces dernières années, aux côtés de Charlie Hebdo, du Bataclan ou encore de l'Hyper Cacher. En période de crise sanitaire, cet attentat vient d'autant plus fragiliser le pays.

"Après le chapelet d'attentats et dans le contexte de faiblesse actuelle de notre peuple, qui subit la crise sanitaire, la crise sociale et la crise économique (...) nous sommes vulnérables", soulève Pierre de Villiers, ancien chef d'État-Major des armées invité sur RTL, qui estime qu'"il y a un risque de guerre civile".

Pour lui, la guerre contre l'islam radical est déjà "une vraie guerre", contre laquelle "il y a des mesures qu'on peut prendre". Selon Pierre de Villiers, ces mesures devraient être plus faciles à mettre en place, "je ne comprends pas qu'on puisse confiner huit semaines le peuple français et qu'on ne puisse pas renvoyer un imam qui prêche contre la France toute la journée, (...) qu'on ne puisse pas fermer une salle radicale où les prêches sont anti-français".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Islamisme Religions Terrorisme
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants