1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. INVITE RTL - Manuel Valls : "C'est ceux qui ne se font pas vacciner qui nous emmerdent"
2 min de lecture

INVITE RTL - Manuel Valls : "C'est ceux qui ne se font pas vacciner qui nous emmerdent"

L'ancien Premier ministre reprend l'expression élyséenne à son compte même s'il préfèrerait jouer sur l'apaisement.

Manuel Valls le 6 janvier 2022
Manuel Valls le 6 janvier 2022
Crédit : RTL
Manuel Valls est l'invité d'Alba Ventura
00:12:28
Manuel Valls était l'invité d'Alba Ventura
00:12:28
Aymeric Parthonnaud
Aymeric Parthonnaud

"La phrase peut choquer, mais je ne suis jamais contre la transgression". L'ancien Premier ministre de François Hollande, Manuel Valls, ne semble pas vraiment avoir de problème avec la fameuse déclaration d'Emmanuel Macron : "j'ai très envie de les emmerder". "D'une certaine manière, on provoque ainsi le débat, reconnaît, en stratège, Manuel Valls. Mais d'une manière générale, je pense qu'on ne peut pas continuer ainsi avec ce type de débat, cette forme d'abaissement du débat politique. Je parle d'une manière générale, pas seulement de ces propos, parce que c'est dangereux pour la démocratie, alors que le pays est déjà divisé, fracturé, que l'on voit des violences, des menaces, par exemple à l'égard des élus, des directeurs de CHU, des médecins..." 

"Nous avons un pays fatigué, inquiet par rapport à la crise sanitaire. Je pense que nous avons plutôt intérêt à la sérénité, à l'humilité, à l'union, au respect. C'est ça, à mon avis, qui devrait s'imposer".

Et Manuel Valls de reprendre quand même l'intention et les mots du chef de l'État. "Quand le président de la République prononce cette phrase dans son interview au Parisien, il répond à une infirmière. Et moi, ce qui me frappe, ce sont les témoignages des médecins, des infirmières, des infirmiers qui nous disent qu'ils sont par ailleurs obligés, par exemple, de déprogrammer des opérations. Tout ceci a un sens. Ces gens-là  [les non-vaccinés] ne font pas preuve de responsabilité. Bien évidemment. Si je voulais copier le président de la République de cette manière : c'est eux qui nous... embêtent, hésite Manuel Valls. Qui nous emmerdent ! Puisque c'est ça le terme. C'est eux ! Ce sont ceux qui ne se font pas vacciner.

"Mais de l'autre côté, je pense que les responsables publics doivent contribuer à une forme d'apaisement du débat. Si on continue comme ça, au fond, ceux qui à la fin, profiteront de tout cela ce sont les extrêmes et c'est notre démocratie qui en sera profondément atteinte, prévoit-il.

À écouter aussi

Manuel Valls préfèrerait une obligation vaccinale comme Edouard Philippe ou de nombreux parlementaires socialistes qui proposent cette idée depuis des mois. "Je pense que l'obligation vaccinale, d'une certaine manière, résoudrait un certain nombre de nos débats. Il y a un an, rappelez-vous, le gouvernement marquait une forme d'hésitation parce que les anti-vaccins ou ceux qui avaient une crainte par rapport au vaccin étaient très nombreux, beaucoup plus  que dans d'autres pays. Cette hésitation pouvait être dangereuse. Depuis l'instauration du passe sanitaire qui, à mon avis, a été un acte d'autorité, un acte politique, un acte de santé publique particulièrement important, les choses ont changé" conclut-il. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.