1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. "Emmerder les non-vaccinés" : pourquoi les propos d'Emmanuel Macron sont tout sauf un dérapage
2 min de lecture

"Emmerder les non-vaccinés" : pourquoi les propos d'Emmanuel Macron sont tout sauf un dérapage

ÉCLAIRAGE - Le président de la République a donné un interview choc à nos confrères du Parisien mardi soir 4 janvier. Ce qui semble être un dérapage s'apparente plutôt à une stratégie pour séduire les Français vaccinés.

Le président Emmanuel Macron au Conseil européen à Bruxelles, le 17 décembre 2021.
Le président Emmanuel Macron au Conseil européen à Bruxelles, le 17 décembre 2021.
Crédit : STEPHANIE LECOCQ / POOL / AFP
Le journal RTL de 7h du 05 janvier 2022
11:15
Le journal RTL de 7h du 05 janvier 2022
11:15
Vincent Derosier - édité par Nicolas Barreiro

Une interview qui met le feu aux poudres. En ce début d'année et à bientôt trois mois de la présidentielle, le chef de l'État passe à l'offensive dans un échange avec des lecteurs du Parisien. Emmanuel Macron retrouve son ton cassant, le parler cash qui lui avait déjà été reproché par le passé.

Surtout qu'il y a moins d'un mois, le président expliquait sur TF1 : "Promis juré j'ai appris". Il disait regretter certaines petites phrases "terriblement blessantes", comme le fameux "Gaulois réfractaires" ou le "traverser la rue pour trouver un job". Là, il retombe dans ce ton  très cash, cassant. "Emmerder les Français", c'est une référence à Georges Pompidou, que le chef de l'État aime bien utiliser ici ou là dans ses discours.

Mais derrière cette phrase choc, il y a une réalité. Emmanuel Macron veut rendre la vie des Français (non vaccinés) impossible. "À partir du 15 janvier", lance-t-il, "vous ne pourrez plus aller au restaurant, prendre un canon, boire un café, aller au théâtre ou au ciné".

Est-ce qu'il s'agit d'un dérapage pour autant ?

Emmanuel Macron le dit lui-même, c'est une stratégie assumée et concertée. En fait, c'est le dernier cran avant l'obligation vaccinale. D'autant que la phrase n'est pas isolée, la suite des propos est encore plus violente. " En démocratie, le pire ennemi, c’est le mensonge et la bêtise", dit-il, "L’immense faute morale des antivax, c'est qu'il ils viennent saper la solidité d’une nation".

À lire aussi

"Quand ma liberté vient menacer celle des autres, je deviens un irresponsable. Un irresponsable n’est plus un citoyen". C'est tout sauf un dérapage. On sait enfin qu'Emmanuel Macron a les yeux rivés sur les enquêtes d'opinion et il a peut-être senti aussi une lassitude chez les 90% de Français vaccinés. D'où ce changement de ton brutal et soudain.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/