1 min de lecture 1er mai

Intrusion à la Pitié-Salpêtrière : Castaner regrette avoir employé le terme "attaque"

Le ministre de l'Intérieur a fait son mea culpa après la polémique sur les termes qu'il avait employé mercredi 1er mai après l'intrusion de plusieurs manifestants dans l'enceinte de l'hôpital parisien.

Christophe Castaner au Sénat, le 19 mars 2019.
Christophe Castaner au Sénat, le 19 mars 2019. Crédit : ERIC FEFERBERG / AFP
Raphaël Bosse-Platière
Raphaël Bosse-Platière
et AFP

Christophe Castaner tente d'éteindre la polémique. Le ministre de l'Intérieur, qui avait qualifié l'intrusion de certains manifestants dans l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière le 1er mai, est revenu sur ses propos. 

"Je n'aurais pas dû employer le terme 'attaque', mais 'intrusion violente'", a-t-il concédé vendredi 3 mai. "Accepter de revenir sur ses mots, ça ne me pose aucun problème", a-t-il poursuivi, lors d'une conférence de presse en marge d'une visite à Toulon. 

"Attaque, c'est le mot qui m'est venu" après avoir rencontré le personnel sur place, a expliqué le ministre, mais "retenez le terme que vous voudrez", a-t-il lancé. "J'entends les reproches, je souhaite qu'aucune polémique n'existe sur le sujet", a poursuivi le locataire de la place Bauveau. 

Des appels à la démission

Des dizaines de manifestants ont fait irruption dans l'hôpital de La Pitié-Salpêtrière lors du défilé du 1er mai, un incident qualifié d'"attaque" par le ministre de l'Intérieur, dont la version a été mise à mal par des témoignages et des vidéos visibles sur les réseaux sociaux, suscitant de vives critiques contre le gouvernement. 

À lire aussi
Alexandre Benalla, à Paris, le 19 février 2019 justice
Alexandre Benalla porte plainte contre l'association Anticor

Les 32 gardes à vue ordonnées dans le cadre de l'enquête sur cette intrusion ont été levées jeudi soir. Les investigations se poursuivent "afin de faire la lumière sur toutes les circonstances de l'intrusion au sein de l'établissement", a ajouté le parquet. 

Le député LFI Adrien Quatennens et le président de Debout la France Nicolas Dupont-Aignan ont appelé vendredi à la démission du ministre de l'Intérieur Christophe Castaner. Invité de RTL vendredi 3 mai, Ian Brossat a également demandé le départ du ministre, qualifié de "roi des mythos".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
1er mai Christophe Castaner Manifestations
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants