2 min de lecture Hôpitaux

Les actualités de 12h30 - Intrusion à la Pitié-Salpêtrière : que s'est il passé exactement ?

Au lendemain de l’intrusion de manifestants dans l'hôpital de la Pitié-Salpétrière ce mercredi 1er mai, difficile de savoir s'il s'agit d'une attaque ciblée ou bien d'une volonté d'échapper aux forces de l'ordre.

monde-rouge-245x300 Le journal RTL La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Les actualités de 12h30 - Intrusion à la Pitié-Salpêtrière : que s'est il passé exactement ? Crédit Image : KENZO TRIBOUILLARD / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
RTL Midi -  Christelle Rebière
Christelle Rebière édité par Quentin Marchal

S'en prendre à un hôpital est "inqualifiable". Au lendemain de l'intrusion de plusieurs manifestants à l’hôpital de la Pitié-Salpétrière ce mercredi 1er mai à Paris, la ministre de la Santé Agnès Buzyn s'est dite offusquée et se trouve actuellement sur place. Le Premier ministre Édouard Philippe, en déplacement en Charente, a également condamné cet acte ce jeudi 2 mai. 

Mais alors, s'agit il d'une attaque ciblée comme le dit le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, ou plutôt d'une intrusion pour échapper aux forces de police et aux gaz lacrymogènes ? Le personnel de l’hôpital donne une version nuancée. Michaël Matos était de garde lors de l'intrusion dans l'enceinte de l'hôpital : "On était au niveau de la passerelle et 50 personnes sont montés dessus. On a juste eu le temps de fermer la porte et rester derrière pour la bloquer". 

Pour le personnel, difficile de savoir pourquoi les manifestants ont tenté d'entrer dans le service. Pour Michaël Sebban, interne en médecine, la priorité était la sécurité des patients : "À part dire "on est la réanimation, n'entrez pas" et les autres qui nous disait "ouvrez la porte", il n'y avait pas de dialogue. C'était extrêmement court mais extrêmement surprenant aussi. Ça a duré 2-3 minutes environ". La police est ensuite rapidement intervenue pour évacuer les manifestants. 32 personnes se trouvent actuellement en garde à vue.

À écouter également dans le journal

Culture - Il y a 500 ans pile disparaissait le génie de la Renaissance Léonard de Vinci, dans le château du Clos-Lucet à Amboise. C'est cette date et ce lieu qu'a choisi Emmanuel Macron pour fêter l'amitié franco-italienne après les tensions de ces derniers mois. Il reçoit en Tourraine, le président italien Sergio Mattarella.

Politique - Édouard Philippe profite de son déplacement en Charente pour faire aussi le bilan des heures supplémentaires défiscalisées. C'était l'une des mesures prises en pleine crise du mouvement des "gilets jaunes" en décembre dernier.
Société - Après quatre années de rebondissement, les 270 salariés de l'aciérie Ascoval à Saint-Saulve dans le Nord doivent savoir en début d'après-midi de quoi sera fait leur avenir. Ils espèrent que le tribunal acceptera l'offre de reprise du sidérurgiste britannique British Steal qui prévoit entre autre le maintien de tous les emplois.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Hôpitaux 1er mai Manifestations
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants