2 min de lecture Gouvernement

"Hé oh la gauche !" : le mouvement lancé par Stéphane Le Foll peut-il être pris au sérieux ?

REPLAY - Une vingtaine de ministres et les militants socialistes se réunissent autour d'un nouveau mouvement lancé par le porte-parole du gouvernement pour évoquer le chemin déjà accompli et les perspectives avant 2017.

Thomas Sotto On refait le monde Thomas Sotto iTunes RSS
>
"Hé oh la gauche !" : le mouvement lancé par Stéphane Le Foll peut-il être pris au sérieux ? Crédit Image : THIERRY ZOCCOLAN / AFP | Crédit Média : Bernard Poirette | Durée : | Date : La page de l'émission
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL

Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement a lancé, lundi 25 avril, le mouvement "Hé oh la gauche!". Ce lundi soir, une vingtaine de ministres de l'actuel gouvernement de Manuel Valls et des militants socialistes sont rassemblés à la faculté de Médecine pour défendre le bilan des quatre années écoulées et assurer que toutes les promesses de François Hollande seront respectées d'ici la fin de son mandat. 

Daniel Bilalian analyse le slogan "Hé oh" comme un rappel à l'ordre. "S'ils avaient choisi "Oh hé", cela aurait signifié qu'ils étaient perdus. Ils ne se sont pas trompés de slogan", estime-t-il. Si le choix de ce nom fait beaucoup rire sur les réseaux sociaux, pour Daniel Bilalian, l'heure est grave. "Ce mouvement est un signe de désarroi, il montre un gouvernement en perdition." Le directeur des sports à France Télévisions est choqué par l'absence du Premier ministre et du ministre de l'Économie à cette réunion.

C'est la première plate-forme de soutien au candidat Hollande.

Annie Lemoine
Partager la citation

Nicolas Domenach juge pour sa part que le ridicule était dans "tout ce qui s'est passé avant : ces déchirures, l'absence d'autorité du chef de l'état, etc." Le chroniqueur trouve "salutaire" le mouvement "Eh oh la gauche" qu'il voit comme une "tentative de donner de la cohérence à l'action gouvernementale." En revanche, Nicolas Domenach pense que ce n'est pas aux ministres de donner des perspectives, mais à François Hollande.

Jean-Christophe Buisson est très critique sur les mots choisis, trop familiers selon lui, mais aussi sur le lieu où se tient ce rendez-vous, la faculté de Médecine. "Si la gauche veut un ressaisissement, il fallait le faire dans un lieu mythique comme la Mutualité ou le Cirque d'hiver". Il regrette lui aussi l'absence d'Emmanuel Macron, selon lui volontairement écarté par Stéphane Le Foll

À lire aussi
Jean Castex, à l'Assemblée nationale le 6 octobre 2020 gouvernement
Jean Castex veut "renouveler" l'Observatoire de la laïcité

Annie Lemoine pense que le véritable objectif de cette réunion est de redéfinir le périmètre de la gauche et de montrer "que la gauche la joue collective face à un Macron en dehors". Elle y voit déjà la première plate-forme de soutien au candidat - encore non déclaré - Hollande.

On refait le monde avec : - Annie Lemoine, journaliste 
- Daniel Bilalian, directeur des sports à France Télévisions
- Nicolas Domenach, chroniqueur à RTL 
- Jean-Christophe Buisson, directeur adjoint du Fig mag

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Gouvernement Parti socialiste Stéphane Le Foll
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants