1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Harcèlement scolaire : un député MoDem propose la création d'un délit
2 min de lecture

Harcèlement scolaire : un député MoDem propose la création d'un délit

ÉCLAIRAGE - Le député MoDem du Finistère Erwan Balanant va déposer une proposition de loi visant à créer dans le Code pénal un qualificatif de harcèlement scolaire. Un moyen de renforcer la lutte contre le cyberharcèlement.

Erwan Balanant, le 20 juillet 2020
Erwan Balanant, le 20 juillet 2020
Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Marie-Pierre Haddad

Une "violence sur les réseaux sociaux mais aussi dans la réalité". Le député MoDem Erwan Balanant va déposer une proposition de loi visant à inscrire dans le Code pénal le délit de harcèlement scolaire. 

Auteur d’un rapport sur la lutte contre le harcèlement scolaire, commandé par Édouard Philippe, l'élu du Finistère réagissait sur France info à la mort d'une adolescente de 14 ans, violemment battue et jetée à la Seine sous le viaduc de l'autoroute A15, dans le Val-d'Oise. Deux suspects, des camarades de classe, ont été arrêtés après un signalement à la police de la mère de l'un d'eux.  

Joint par RTL.fr, Erwan Balanant explique que cette inscription au code pénal permettra de définir ce qui est interdit. Le but n'est "pas de punir les enfants de la même façon que les adultes", explique-t-il. La question de reconnaître le harcèlement scolaire comme un délit "a l'avantage de poser la question d'un point de vue sociétal. Le Code pénal définit les interdits d'une société", ajoute-t-il. 

Il faut qu'il y ait la possibilité de supprimer rapidement un contenu sur les réseaux sociaux

Erwan Balanant, député MoDem du Finistère

"Depuis dix ans, l'Éducation nationale a pris en main le sujet du harcèlement scolaire, il y a eu une réelle prise de conscience, souligne-t-il. Mais depuis quelques années, le harcèlement ne se passe plus seulement dans une cours de récréation mais sur les réseaux sociaux".

À lire aussi

Le cyberharcèlement a "la particularité terrible pour les enfants de ne donner aucun répit". "J'ai eu des témoignages d'enfants qui racontent que le dernier message qu'ils recevaient avant de dormir était une insulte. Et le premier au réveil, aussi", raconte le député centriste.

Une aide psychologique pour les victimes

Pour lui, la question de la viralité des messages et surtout de leur caractère éternel sur internet. "L'enjeu est crucial pour les plateformes et les réseaux sociaux. Il faut qu'il y ait la possibilité de supprimer rapidement un contenu. Elles doivent aussi mettre davantage de moyens humains pour accélérer ce processus et ne pas juste laisser cela à des robots".

Erwan Balanant propose aussi d'accorder une aide psychologique, remboursée par la Sécurité sociale, pour les victimes de harcèlement scolaire. "Ca permettra d'aider les victimes à sortir de l'emprise psychologique", conclut-il.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/