1 min de lecture Édouard Philippe

Grève du 5 décembre : "La France de 2019 n’est pas celle de 1995", dit Philippe

Le Premier ministre s'est montré ferme face à la grève massive du 5 décembre, estimant ainsi que la France était plus encline à accepter une réforme des retraites qu'en 1995.

Édouard Philippe à Bordeaux, le 8 septembre 2019
Édouard Philippe à Bordeaux, le 8 septembre 2019 Crédit : GEORGES GOBET / AFP
Ryad Ouslimani
Ryad Ouslimani
Journaliste RTL

Édouard Philippe ne vacille pas devant l'une des réformes les plus explosives du quinquennat Macron, celle des régimes de retraites. Et même si rien n'est figé, et qu'une consultation a été lancée afin d'ajuster les préconisations du rapport Delevoye sur la réforme, le Premier ministre devra faire face à une mobilisation qui s'annonce dure à partir du 5 décembre prochain. 

Un mouvement notamment à la SNCF et à la RATP qui n'effraie pas Édouard Philippe. "La France de 2019 n’est pas celle de 1995, il y a des choses qui ont changé", a-t-il assuré sur BFMTV mercredi 6 novembre. Une référence aux grèves massives de 1995 qui avaient fait capoter la réforme d'Alain Juppé, toujours concernant les retraites. Pourtant, le Premier ministre de l'époque avait assuré alors être "droit dans [ses] bottes". 

Le chef du gouvernement défend la réforme visant à uniformiser les régimes de retraites, quitte à prendre le temps de le faire. "On a pris l'habitude d'attendre que ça devienne urgent pour commencer à se bouger", a fait remarquer Édouard Philippe. "Je n’ai jamais pensé qu’il y avait urgence et c'est justement parce qu'il n'y a pas d'urgence qu'il faut le faire", avait-il tenu à préciser en amont. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Édouard Philippe Grève Grève SNCF
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants