2 min de lecture Violences conjugales

Grenelle des violences conjugales : quelles sont les mesures annoncées par Édouard Philippe ?

Le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé les mesures retenues à l'issue du Grenelle des violences conjugales, lundi 25 novembre.

Le Premier ministre Édouard Philippe, le 20 novembre 2019.
Le Premier ministre Édouard Philippe, le 20 novembre 2019. Crédit : Martin BUREAU / AFP
Marie Zafimehy
Marie Zafimehy

Ce lundi 25 novembre marque la journée pour l'élimination des violences faites aux femmes, mais aussi la fin du Grenelle des violences conjugales. Après trois mois de concertations, Édouard Philippe a annoncé les mesures retenues par le gouvernement. Parmi elles, certaines étaient déjà connues telles que l'accessibilité de la ligne du 3919 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, ou la suspension de l'autorité parentale des conjoints violents.

"Nous voulons traiter les violences à la racine en misant sur l’éducation", a insisté le Premier ministre. Il a notamment annoncé une formation spécifique des enseignants intégrés à leur cursus. À l'école, seront par ailleurs créés des conseils de la vie collégienne et lycéenne entre les filles et les garçons. Les adolescents participants au Service national universel bénéficieront eux aussi d'un module de formation.

Lever du secret médical

Sur l'épineuse question de la levée du secret médical, Édouard Philippe a annoncé qu'une concertation avait été amorcée avec les professionnels et notamment l'Ordre des médecins. Le Premier ministre s'est dit favorable à la dérogation au secret médical "pour sauver des vies" et en cas "d'urgence absolue".

Au niveau juridique, il n'est pas question d'inscrire le terme "féminicide" dans le Code pénal, mais le terme "d'emprise" y fera son entrée. Une manière de mettre la lumière et de sanctionner les violences psychologiques qui peuvent elles-mêmes parfois mener des femmes à la mort. La reconnaissance du "suicide forcé", souhaitée par Marlène Schiappa sera d'ailleurs mise en oeuvre.

Prise en charge des auteurs

À lire aussi
Vue aérienne d'une plage à Nice (illustration) faits divers
Nice : une femme enceinte saute d'un balcon pour échapper à son conjoint violent

Enfin, le Premier ministre a dit avoir pris conscience de l'importance de la prise en charge des auteurs de violences. "Longtemps cet aspect a été mis de côté", a-t-il reconnu, alors que les dispositifs qui y sont relatifs permettent de prévenir la récidive

C'est pourquoi deux centres d’hébergement d'hommes auteurs de violences seront créés dans chaque région d’ici 2022, en partenariat avec les associations locales. Ils y bénéficieront d'un suivi adapté. Et, dès la phase de l'enquête, après plainte déposée par la victime, ces hommes feront l'objet d'une évaluation médico-psycho-sociale pour les orienter vers les professionnels pertinents.

Marlène Schiappa a annoncé sur BFMTV que la mise en place de ces dispositifs représenterait un coût de 200.000 euros par centre, dont la moitié serait prise en charge par l'État. Le reste, devra être pris en compte dans le budget des associations de terrain.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Violences conjugales Édouard Philippe Gouvernement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants