1 min de lecture Interview

François Hollande : "Un jour, l'extrême-droite arrivera au pouvoir en France"

Dans un entretien au "Parisien", l'ancien président de la République fait le point sur la montée en puissance des mouvements extrémistes. Selon lui, l'extrême-droite fera bientôt son apparition à la tête de l'État français.

François Hollande lors d'une conférence à Montréal, le 21 septembre 2018
François Hollande lors d'une conférence à Montréal, le 21 septembre 2018 Crédit : MARTIN OUELLET-DIOTTE / AFP
Leia Hoarau
Leia Hoarau
Journaliste

François Hollande s'inquiète. À 3 jours de la sortie de la version poche et actualisée de son livre "Les Leçons du pouvoir", en librairie mercredi 3 avril, l'ancien président revient sur le début du quinquennat d'Emmanuel Macron et la montée en puissance des courants extrémistes. 

Interviewé par Le Parisien, François Hollande estime que le mandat d'Emmanuel Macron n'a pas commencé sous les meilleurs hospices. "Le résultat au bout de deux ans n'est bon ni pour la vitalité économique, ni pour la cohésion sociale. À vouloir tout bousculer, tout s'est arrêté", dit-il. 

Il reste néanmoins confiant sur la possibilité qu'a le président actuel de pouvoir encore changer les choses au cours des trois années qui lui restent : "Un mandat dure cinq ans, évitons de porter des jugements définitifs. Tout président peut toujours opérer des corrections, moi-même, j'en ai fait".

Inquiet face à l'extrême-droite

Selon lui, "le face-à-face entre le pouvoir actuel et l'extrême-droite peut mal finir". François Hollande estime, par le biais de son livre, devoir alerter "l'ensemble des forces politiques démocratiques" de "la montée du nationalisme partout dans le monde", et notamment en France où il est incarné par le Rassemblement national, mené par Marine Le Pen. "La menace vient de l'extrême-droite. Je l'affirme, un jour elle arrivera au pouvoir en France. En 2022 ou plus tard...", déclare-t-il. 

À lire aussi
Une élève d'une école maternelle à Caen, le 31 août 2009 (illustration) société
Rentrée scolaire : en maternelle, la méthode Steiner-Waldorf libère la créativité

L'ancien président estime à l'inverse que l'avenir de la gauche doit impérativement être assuré, même s'il déclare s'intéresser désormais davantage au socialisme qu'aux affaires du Parti socialiste : "Je ne peux accepter que la gauche soit sans perspective. C'est le cas aujourd'hui. Ça ne doit pas l'être demain". Celui qui n'a pas pour projet de se retirer de la vie politique espère pouvoir "convaincre les Français que leur pays a un avenir et un rôle dans le monde". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Interview François Hollande Politique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants