1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. "Fillon a expliqué qu'il avait reçu l'onction des électeurs", selon Olivier Mazerolle
2 min de lecture

"Fillon a expliqué qu'il avait reçu l'onction des électeurs", selon Olivier Mazerolle

LE MAG POL - François Fillon a multiplié les meetings à Aubervilliers et à Paris en ce week-end crucial pour son avenir politique.

François Fillon, le 1er mars 2017 depuis son QG Porte de Versailles à Paris
François Fillon, le 1er mars 2017 depuis son QG Porte de Versailles à Paris
Crédit : Francois Mori/AP/SIPA
"Fillon a expliqué qu'il avait reçu l'onction des électeurs", selon Olivier Mazerolle
06:57
"Fillon a expliqué qu'il avait reçu l'onction des électeurs", selon Olivier Mazerolle
31:28
Ludovic Galtier & Philippe Robuchon & Benjamin Sportouch

Jour après jour, cette campagne électorale apporte sa part d'inédit. À 49 jours du premier tour de la présidentielle, il est toujours impossible de dire avec certitude quel sera le candidat de la droite sur la ligne de départ. En meeting à Aubervilliers le 4 mars puis sur la place du Trocadéro le 5 mars, François Fillon n'a pas montré d'indices laissant penser à un retrait de sa candidature. Comme le confirme Olivier Mazerolle, éditorialiste RTL. "Il a simplement expliqué que finalement il avait reçu l'onction des électeurs, que ses voix n'appartenaient pas à un parti politique (...) et qu'il mettait en garde les ténors des Républicains sur leur décision éventuelle de tenter de dépouiller les électeurs qui se sont manifestés en sa faveur de leur voix."

Des électeurs, qui sifflent l'alliance Bayrou-Macron mais pas le Front national, fait remarquer Olivier Mazerolle. "'Attention', dit François Fillon, 'si vous désignez Alain Juppé à ma place, regardez ce qu'il risque de se passer'." Guillaume Perrault, journaliste au Figaro, rebondit : "Fillon a réussi son pari du Trocadéro, la foule était là, l'enthousiasme était là, Fillon peut affirmer que le lien avec ses sympathisants est toujours intact (...) Les mots qu'il employait tendait à démontrer qu'il entend bien être le candidat des Républicains."

Nicolas Domenach s'est montré plus sévère vis-à-vis de la situation politique à droite. "La tragi-comédie se poursuit. Il entraîne toute la droite vraiment dans le gouffre. Est-ce qu'il y va ? Est-ce qu'il n'y va pas ? On va encore se poser la question combien de temps et kidnapper ainsi le débat ?", s'interroge l'éditorialiste. "François Fillon, lui-même, a décrédibilisé ce qu'il était censé porter, c'est-à-dire de nouvelles pratiques de la politique. Tout ça est en train de se naufrager."

Les autres chroniques du "Mag Pol"

Moi Candidat
La Campagne en Famille

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/