4 min de lecture Front national

Front national : des démissions en série depuis deux ans

Le Front national est confronté depuis deux ans à une fuite de ses élus, dégoûtés par certaines pratiques du parti d'extrême droite.

Amandine Begot La Revue de Presse La rédaction de RTL
>
Des démissions en série au FN Crédit Image : AFP | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Adeline François
Adeline François
Journaliste RTL

Ils auraient aimé continuer l'aventure, se battre pour leurs idées, pour le parti. Mais voilà, ils ont préféré quitter le navire. 28% des élus FN ont déchiré leur carte ou renoncé à leur mandat ces deux dernières années, et c'est le magazine Society qui est allé à la rencontre de ceux pour qui "la flamme du FN s'est vite éteinte". Tous racontent l'euphorie du début, la campagne des municipales ou des régionales, les collages d'affiche... Et puis les désillusions, le clientélisme, les parachutages de copains, le mépris des électeurs, les frais qui ne sont jamais remboursés, la direction du parti injoignable, les éléments de langage imposés... "Les gens ne comprennent rien, alors vous faites les 3 "i" : immigration, insécurité, impôts. C'est complètement con", commente un ex-conseiller régional FN de Meurthe-et-Moselle.

L'histoire la plus abracadabrantesque se passe à Wattrelos près de Roubaix. Aux dernières municipales, le FN fait 25% là-bas, devenant le premier parti d'opposition au maire socialiste. Depuis, quatre des conseillers municipaux FN ont démissionné. S'en est suivi un sacré casse-tête pour le maire de Wattrelos. Car il a fallu remplacer les démissionnaires comme le veut la loi, alors il a pris la liste FN aux municipales et il a appelé : "Le numéro 7 de la liste me répond qu'il vit dans le Midi six mois par an et qu'il ne veut pas siéger. Je contacte donc la numéro 8 qui me rétorque qu'elle est maman de trois enfants et qu'elle a autre chose à faire. J'écris donc au 9e, qui me dit qu'il n'a rien à voir avec ces gens-là, il me précise que sa femme est la numéro 14 sur la liste et qu'elle ne veut pas siéger non plus. La numéro 11 est décédée, la 12, c'est la femme du 6, qui a aussi démissionné, donc elle refuse aussi de siéger. Le numéro 15 et sa femme la numéro 16 refusent aussi. Bref, c'est le numéro 17 qui a fini par accepter."

À lire aussi
Marine Le Pen sur le plateau du "Grand Jury", le 19 novembre 2017 Marine Le Pen
Marine Le Pen voit en REM une "secte" formée par "les témoins de Jupiter"

"Ce serait une catastrophe si le FN dirigeait la France", assène Hubert de Mesmay, un ancien conseiller départemental FN de Nice. J'ai l'impression qu'on est devenu en quelques mois comme le RPR." "Non Hubert, lui rétorque une collègue. On est devenu pire." Le FN, tu l'aimes ou tu le quittes, à lire dans Society qui paraît désormais le jeudi.

François Fillon n'abandonne pas

Partir ou rester, il y en a un pour qui la question ne se pose pas. Et c'est La Provence qui le résume le mieux : "François Fillon parti pour rester". "Je me bats. Abandonner une course pour un pilote, ce n'est pas naturel", dit le candidat de la droite en une du Midi Libre auquel il accorde un long entretien avant sa visite à Nîmes. François Fillon à la une de tous les journaux avec une expression qui revient le plus souvent : "Jusqu'au bout". Il y a aussi la une redoutable de Libération, "le forcené de la Sarthe", et la une de La Nouvelle République, "Fillon, le juge et le mur". Si on devait donner un conseil de lecture réconfortante à François Fillon, ce serait Le Figaro qui fait sa une sur "l'appel au peuple". "Bien sûr, écrit Alexis Brézet, les hommes ne sont pas au-dessus des lois, mais les juges ne sont pas non plus au-dessus de la démocratie. François Fillon a eu raison de contre-attaquer crânement en portant l'affaire devant l'arbitre suprême des sociétés démocratiques : le suffrage populaire."

Mais en fait, s'il y a un article à lire ce matin, c'est celui signé Brice Couturier dans Le Figaro. "Comme tous les professionnels de la profession, j'ai gâché mon déjeuner d'hier à guetter l'apparition de François Fillon sur les écrans de télé, j'ai admiré la capacité des présentateurs à meubler le long retard, qui a fait l'objet de tant de commentaires. L'attente se prolongeant, le doute commença à s'installer. Était-il en train de tirer sa décision à pile ou face, ou déjà embarqué menottes aux mains pour une audition devant les juges ? Chers confrères, nous faisons l'objet d'une méfiance et d'un rejet de la part d'une large partie de l'opinion, évitons de donner corps à la théorie d'un complot juridico-médiatique, cultivons la modestie et la neutralité. Chers confrères, cessons d'annoncer des événements qui ne se produisent pas.

D'autant que pendant ce temps, on ne parle pas du reste et Le Monde de cet après-midi évoque une autre conséquence de l'affaire Fillon : le candidat de la droite est surreprésenté ces dernières semaines à la télé et a la radio, et ce temps consacré à l'affaire Fillon est décompté du temps d'antenne et du temps de parole du candidat en vertu des nouvelles règles édictées par le CSA. Par exemple, là en citant les articles favorables à Fillon dans Le Figaro, je viens d'ajouter du temps d'antenne de François Fillon sur RTL, autant de temps passé à ne pas parler du programme.

Les élèves n'arrivent plus à écrire à la main

Parlons de programme alors. Le programme d'Emmanuel Macron dévoilé dans Le Parisien, on parle aussi programme scolaire dans la presse. Télérama revient sur la polémique autour du prédicat : "Faut-il supprimer l'enseignement de la grammaire à l'école ?" Et puis c'est aussi dans Le Figaro que l'on trouve cette enquête étonnante sur ces enfants qui n'arrivent plus à écrire à la main. 10 à 30% des enfants de primaire présentent des difficultés aux habiletés graphomotrices. Cahiers tachés, écriture en patte de mouche, lettres qui ne suivent pas les lignes, et toujours les mêmes remarques des instituteurs dans la marge, "illisible, peu soigné". Alors une nouvelle profession émerge, les graphothérapeutes, des rééducateurs en écriture, pas remboursés par la Sécu, vers lesquels se tournent de plus en plus de parents. Leur inquiétude n'est pas anodine. L'amélioration de l'apprentissage de la lecture et de l'orthographe est intimement liée à celui de l'écriture.

Mais comment expliquer l'explosion des écritures malhabiles décrites par certains profs ? Tout simplement parce que l'enseignement systématique de la tenue du crayon a été abandonné en maternelle et au CP, les photocopies ont pris une place envahissante, solution de facilité pour décharger les élèves des exercices d'écriture pour finir plus vite la leçon. À l'IUFM, l'école des futurs maîtres d'école, l'enseignement de la tenue d'un crayon, la position de la feuille, la formation des lettres est à peine effleuré. Alors, s'il y a une seule leçon de maintien à retenir ce matin, c'est bien celle du maintien du stylo.

L'équipe de l'émission vous recommande
Lire la suite
Front national Présidentielle 2017 Marine Le Pen
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7787491318
Front national : des démissions en série depuis deux ans
Front national : des démissions en série depuis deux ans
Le Front national est confronté depuis deux ans à une fuite de ses élus, dégoûtés par certaines pratiques du parti d'extrême droite.
http://www.rtl.fr/actu/politique/des-demissions-en-serie-au-fn-7787491318
2017-03-02 11:45:00
http://media.rtl.fr/cache/DPJ4ixpZQtVYmB9O56d7GQ/330v220-2/online/image/2016/1004/7785107317_le-logo-du-front-national-illustration.jpg