2 min de lecture Union européenne

Européennes : "Envoyer des néophytes c’est risquer de perdre de l’influence", selon Ventura

ÉDITO - 33 listes sont présentées aux Européennes, un record ! Et sur ces listes figurent seulement 1,4% de sortants, selon une étude Haris interactive.

L'Edito Politique - Olivier Bost L'Edito politique Olivier Bost iTunes RSS
>
Élections européennes : "envoyer des néophytes c'est risquer de perdre de l'influence", selon Alba V Crédit Image : FREDERICK FLORIN / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'invite´ de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura édité par William Vuillez

Un formidable renouvellement ? C’est ce qu’on se dit à première vue. Tous ces novices qui vont arriver sans à priori, sans jugement établi¸ tout ce sang frais qui va venir stimuler ce parlement européen ô combien complexe. Oui sauf que voyez-vous, au Parlement européen, l’ancienneté est un atout considérable. Le parlement européen, c’est l’assemblée multipliée par 28 pays. C’est plus de 750 députés, 7 ou 8 groupes politiques issus de dizaines de partis.

Prenez par exemple le PPE, le parti populaire européen, l’un des plus gros groupes du Parlement de Strasbourg. Et bien dans ce groupe, il y a 4 formations politiques italiennes, 4 roumaines, et 2 slovènes qui font campagne en ce moment dans leur pays les uns contre les autres. Vous comprenez, qu’il faut être un peu "armé" politiquement. 

En ce sens le Parlement européen ressemble plus au Congrès américain qu’à l’Assemblée Nationale. On examine des textes mais il n’y a pas le gouvernement en appui de la majorité. Là on travaille sur des lois, on vote mais on doit chercher des majorités, on doit s’allier, on doit exercer son influence. Et pour ça il faut connaitre la machine européenne sur le bout des doigts. Tout ça s’apprend avec le temps.

Une moins bonne préparation

En France, on se prépare moins bien à ce scrutin parce qu’on minimise le Parlement européen (alors que la moitié des lois qui nous concerne y sont votées). Rien à voir avec les allemands de la CDU-CSU (et même les Anglais avant le Brexit), qui ont une véritable stratégie de ressources humaines. La liste est parfaitement équilibrée, elle doit contenir 1/3 de nouveaux, 1/3 de sortants, et 1/3 de vieux briscards.

À lire aussi
Boris Johnson, le 28 juin 2019 Brexit
Brexit : Boris Johnson parle "d'énormes progrès" vers un accord

Parce que pendant que les uns trouvent leurs marques, les autres cherchent des partenaires dans leur propre groupe et à l’extérieur et les vétérans montrent aux novices comment se faire respecter. Si vous n’avez que des petits nouveaux, tout ça prend beaucoup plus de temps.

Moins de poids politique ?

Prenez la liste macroniste, elle n’existe pas au Parlement européen, c’est normal, le parti d’Emmanuel Macron n’a que deux ans d’existence. Au nom du "et de droite et de gauche", La République en marche n’a pas voulu intégrer l’un ou l’autre des deux grands groupes PPE (droite / centre droit) ou le S&D (gauche/centre gauche).
Donc le parti du président français va se retrouver dans un groupe centriste et libéral l’ALDE, minoritaire, donc moins influent. En ce moment de manière officieuse et secrète, les leaders des grands groupes sont en train de regarder les sondages, les rapports de force et de se répartir les postes importants.

Mais est-ce que la liste du Président français est suffisamment dotée de poids lourds pour négocier ? Dans cette liste il y a deux sortants, et un ancien député européen, une tête de liste qui connait bien les sujets européens mais qui ne maitrise pas la machine européenne. Tous les autres sont des nouveaux.

Renouveler c’est bien, mais à un moment ou l’Europe est essentielle, envoyer des néophytes au Parlement c’est risquer de perdre de l’influence.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Union européenne Élections européennes
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7797583187
Européennes : "Envoyer des néophytes c’est risquer de perdre de l’influence", selon Ventura
Européennes : "Envoyer des néophytes c’est risquer de perdre de l’influence", selon Ventura
ÉDITO - 33 listes sont présentées aux Européennes, un record ! Et sur ces listes figurent seulement 1,4% de sortants, selon une étude Haris interactive.
https://www.rtl.fr/actu/politique/europeennes-envoyer-des-neophytes-c-est-risquer-de-perdre-de-l-influence-selon-ventura-7797583187
2019-05-08 08:38:17
https://cdn-media.rtl.fr/cache/EeIJGxz9yKfn4AYvL9U4VQ/330v220-2/online/image/2019/0405/7797370931_parlement-europeen-illustration.jpg