1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. La rentrée du gouvernement Borne perturbée par l'affaire Abad
1 min de lecture

La rentrée du gouvernement Borne perturbée par l'affaire Abad

Les accusations de viols contre Damien Abad continuent de secouer le nouveau gouvernement d'Élisabeth Borne. D'après les informations de RTL, l'entourage du président de la République était au courant de la plainte.

Damien Abad va au Conseil des ministres, le 23 mai 2022.
Damien Abad va au Conseil des ministres, le 23 mai 2022.
Crédit : LUDOVIC MARIN / AFP
micros
La rédaction numérique de RTL
Ce que nous savons pour l'instant
  • Les accusations de viol envers le nouveau ministre des Solidarités, Damien Abad, continuent de secouer l'exécutif. Ce dernier a néanmoins exclu de démissionner du gouvernement et a contesté "les accusations en son encontre avec la plus grande des fermetés".
  • D'après les informations de RTL, l'entourage d'Emmanuel Macron était bien informé de la plainte pour viol contre Damien Abad au moment de sa nomination.
  • Le Premier secrétaire du PS Olivier Faure a indiqué ce lundi que les membres du PS qui présenteront une candidature de dissidence contre la Nupes aux législatives seront exclus.
Filtrer et afficher les actualités :

CE DIRECT EST TERMINÉ, MERCI DE L'AVOIR SUIVI

comment sont choisis les candidats du RN ?

Le Rassemblement national a-t-il fait des erreurs de casting ? Ce mardi 24 mai, Marine Le Pen est allée soutenir des candidats aux élections législatives dans les Bouches-du-Rhône. Les réseaux sociaux se régalent dernièrement avec les erreurs ou les bégaiements de certains prétendants à l'Assemblée nationale.

Affaire abad : rassemblement féministe à Paris contre le "gouvernement de la honte"

L'Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique a organisé mardi à Paris un rassemblement de quelques centaines de personnes pour dénoncer "un gouvernement de la honte", fustigeant le ministre Damien Abad, accusé de viol et de violences sexuelles par deux femmes, ce qu'il conteste.

Plusieurs militantes de gauche étaient présentes dont l'écologiste Sandrine Rousseau. "Les femmes ne sont plus dans une situation où elles se taisent. L'ère de l'impunité est terminée sur les violences sexuelles", a-t-elle lancé devant quelque 300 personnes place Saint Augustin, dans le 8e arrondissement.

Montchalin justifie son vote contre l'interdiction du glyphosate, Mélenchon s'offusque

"Montchalin ment", s'est offusqué mardi le leader de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon, après que la nouvelle ministre de la Transition écologique Amélie de Montchalin a justifié n'avoir pas voté en 2018 l'interdiction du glyphosate, "pour ne laisser personne sans solution".

"Je ne regrette pas une chose, c'est d'avoir considéré que ce sujet était européen", a affirmé la ministre mardi matin sur France Inter, interrogée sur son vote contre l'interdiction du glyphosate, désherbant classé "cancérigène probable", en 2018, quand elle était députée.

Les écologistes anti Nupes se rassemblent pour les législatives

Plusieurs petits partis écologistes opposés à l'accord de la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes), comme Cap 21 ou le Mouvement des progressistes, se sont rassemblés pour les législatives, où ils présentent 250 candidats pour une "écologie qui donne envie".

"C'est le lancement d'une dynamique parce que nous pensons indispensable d'avoir un vaste mouvement centré sur l'écologie et qui évidemment n'entre pas dans le diktat de Mélenchon et de Nupes, une écologie qui donne envie, pragmatique, qui est très républicaine, laïque et bien entendu européenne", a déclaré l'ancienne ministre de l'Ecologie, Corinne Lepage, lors d'une conférence de presse commune mardi à Paris.

Abad : L'Observatoire des violences sexuelles en politique appelle à un rassemblement

L'Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique appelle à un rassemblement mardi à Paris pour dénoncer "un gouvernement de la honte", après la nomination de Damien Abad, accusé de viol et de violences sexuelles par deux femmes.

"Au moment où le gouvernement vient de refaire de la lutte contre les violences faites aux femmes sa +grande cause du quinquennat+ et qu'Olivia Grégoire, porte-parole du gouvernement, encourage la libération de la parole, il est inconcevable de garder au gouvernement un homme accusé de viol", a déclaré Mathilde Viot, une des cofondatrices de cette association qui a par ailleurs tweeté "pas de quartier pour les sexistes Darmanin, Dupond-Moretti, Guerini".

"Je continue à faire de la politique et à me battre", assure le pen

"Je voudrais rassurer tout le monde : je suis bien là et je mène la bataille des législatives". Interrogée par BFMTV mardi, Marine Le Pen a précisé ses propos tenus un peu plus tôt dans la journée auprès de La Provence au sujet de la présidence du RN. "J'ai dit que je souhaitais mettre mon énergie à la présidence du groupe des députés à l'Assemblée, car il va y avoir des combats fondamentaux", a-t-elle expliqué, assurant également continuer "à faire de la politique et à me battre".

Pour sandrine rousseau, "on sort d'UNE ère d'impunité"

L'affaire Abad était également au programme sur LCI ce mardi matin. "On est après Metoo, on sort d'une ère d'impunité (...) Le message politique aurait été de l'écarter pendant six mois pour faire une enquête sérieuse, impartiale et objective", a ainsi estimé Sandrine Rousseau au micro de nos confrères. Selon la candidate Nupes, "le gouvernement n'a pas progressé dans sa manière de gérer les violences sexistes et sexuelles" depuis l'affaire Hulot. Plus encore, "il y a un problème avec la compréhension des violences sexuelles de la part d'Élisabeth Borne".

"Il n'y aura aucune impunité pour les agresseurs sexuels", assure Agnès Pannier-Runacher

Nommée ministre de la Transition énergétique du gouvernement Borne, Agnès Pannier-Runacher s'est exprimée mardi au sujet de l'affaire Abad sur le plateau de BFMTV. "Il faut libérer la parole des victimes, mais ce n'est ni vous ni moi qui pouvons juger", a-t-elle ainsi déclaré avant d'ajouter qu'il "n'y aura aucune impunité pour les agresseurs sexuels quel que soit leur statut".

Le projet de loi sur le pouvoir d'achat présenté après les législatives

Alors qu'Olivia Grégoire avait affirmé la veille, à l'issue du Conseil des ministres, que le projet de loi sur le pouvoir d'achat serait présenté avant les élections législatives des 12 et 19 juin, la porte-parole du gouvernement est revenue sur ses propos ce mardi sur France 2.

"Soyons clairs et précis : la Première ministre (Élisabeth Borne) et le président (Emmanuel Macron) vont s'exprimer sur les contours, sur ce qu'il y aura dans ce texte avant très certainement le second tour des législatives" le 19 juin, a-t-elle indiqué. "Mais ce texte sera présenté en Conseil des ministres juste après, quelques jours après les élections législatives, et il ira ensuite au Parlement", a-t-elle cependant rectifié.

jordan bardella fustige la nomination de pap ndiaye

Invité chez nos confrères de FranceInfo ce mardi, le président du Rassemblement national a qualifié Pap Ndiaye de "militant woke". Selon Jordan Bardella, la nomination du nouveau ministre de l'Éducation est "un renvoi d'ascenseur vers Jean-Luc Mélenchon et vers toute cette partie de la gauche qui a appelé à voter pour Emmanuel Macron et qui l'a fait élire".

"Je juge les gens sur ce qu'il font et pas sur ce qu'ils sont, Pap Ndiaye a un cursus universitaire qui est parfaitement respectable mais il est un anti-Blanquer", a-t-il ajouté, tandis que "Jean-Michel Blanquer, avec qui j'ai des désaccords politiques, avait un parcours parfaitement républicain". "On peut pas être un ministre de la République française et parler d’un racisme structurel en France", a-t-il poursuivi.

Lors de cet entretien, Jordan Bardella s'est également exprimé sur l'affaire Abad. "C'est à la justice de faire son travail", a ainsi estimé le président du RN, jugeant que "la mise en examen ne vaut pas culpabilité".

les aides aux entreprises pour l'apprentissage prolongées

Alors que les aides aux entreprises pour la signature de contrats d'apprentissage devaient s'achever le 30 juin prochain, le nouveau ministre du Travail, du Plein emploi et de l'Insertion Olivier Dussopt a annoncé mardi sur RTL son prolongement jusqu'à la fin de l'année. Il souhaite également atteindre un objectif d'un million d'apprentis.

Dussopt souhaite une indexation sur l'inflation "dès le 9 août"

"Nous voulons que cette indexation (des retraites sur l'inflation) soit valable dès la retraite du mois de juillet", a indiqué ce mardi le nouveau ministre du Travail Olivier Dussopt au micro de RTL. Ce dernier prévoit alors "un versement le 9 août pour les retraites du mois de juillet".

Premier petit-déjeuner hebdomadaire de la majorité pour Borne

Elisabeth Borne réunit ce mardi matin à Matignon, pour la première fois depuis sa prise de fonctions, le traditionnel "petit-déjeuner de la majorité", avec au menu "les priorités d'action du nouveau gouvernement" et les élections législatives, a indiqué son entourage.

Sont conviés rue de Varenne le patron des députés LaREM Christophe Castaner, celui des sénateurs François Patriat, le président du groupe Agir Olivier Becht, le député MoDem Jean-Noël Barrot, le délégué général de LaREM Stanislas Guerini, la porte-parole du gouvernement Olivia Grégoire et le nouveau ministre des Relations avec le Parlement Olivier Véran.

BIENVENUE SUR CE LIVE

Bonjour à toutes et à tous et bienvenue dans ce nouveau direct consacré aux dernières actualités politiques liées à la campagne des législatives et au nouveau gouvernement. 

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien