6 min de lecture Parlement

Congrès de Versailles : revivez le discours d'Emmanuel Macron devant les parlementaires

COMPTE-RENDU - Le président de la République a prononcé ce lundi 9 juillet un discours d'une heure et demie dans lequel il a notamment cherché à casser son image de "président des riches".

Emmanuel Macron à son arrivée lors du Congrès à Versailles, le 9 juillet 2018.
Emmanuel Macron à son arrivée lors du Congrès à Versailles, le 9 juillet 2018. Crédit : Thibault Camus / POOL / AFP
studio-rtl
La rédaction numérique de RTL

Le Premier ministre Édouard Philippe "présentera dans les prochaines semaines les nouvelles décisions permettant de tenir les engagements de baisse de nos dépenses publiques", a indiqué Emmanuel Macron ce lundi 9 juillet devant le Parlement réuni en Congrès à Versailles. Le chef de l'État promet "des choix forts et courageux".

"Tout le monde souhaite la baisse des impôts (...) mais nul ne veut jamais les assumer lorsqu'elles sont décidées", déclare le chef de l'État. "Il ne saurait y avoir de baisse de la fiscalité ou de développement de l'investissement sans un ralentissement de la hausse continue de nos dépenses", ajoute-t-il.

"Cela s'accompagnera d'une réorganisation de l'Etat à travers plus de présence sur les territoires, plus de souplesse de gestion", a affirmé le président de la République, souhaitant ainsi "enrayer un mode d'action publique qui a toujours procédé aux économies en réduisant sa présence sur les territoires". "D'ici la fin de l'année, le Premier ministre présentera l'ensemble de ces décisions pour la transformation indispensable de l'action publique", a-t-il insisté. 

À lire aussi
Emmanuel Macron à son arrivée lors du Congrès à Versailles, le 9 juillet 2018. Emmanuel Macron
Les actualités de 18h : Emmanuel Macron a défendu son action politique à Versailles

Revivez le Congrès minute par minute

16h32 - C'est la fin du discours d'Emmanuel Macron devant le Parlement. "Cadeaux" aux plus riches, pension de réversion, immigration... Le chef de l'État a abordé nombreuses thématiques décriées depuis son premier discours à Versailles, le 3 juillet dernier, dans un discours qui ne ressemble pas à un mea culpa mais défend au contraire les réformes engagées. Découvrez le contenu de cette séance particulière en descendant le long de cet article. 

16h25 - Sur la question migratoire, "jamais la France n'acceptera des déportations à travers l'Europe", assure Emmanuel Macron. La "frontière véritable" en Europe est celle qui sépare "progressistes" et "nationalistes", dit-il.

16h20 - Le rendez-vous avec les principales organisations patronales et syndicales, prévu le 17 juillet, doit permettre de "jeter les bases d'un nouveau contrat social, celui du siècle qui s'ouvre", a déclaré lundi devant le Congrès Emmanuel Macron. "C'est à son élaboration comme au détail de sa mise en oeuvre que je veux les inviter dès le 17 juillet prochain", a ajouté le chef de l'État, précisant vouloir aborder "la réforme de l'assurance chômage ou la santé au travail" dans "un esprit constructif". 

16h18 - "Nous voulons continuer à produire un imaginaire français" : le littéraire Emmanuel Macron a un mot pour les auteurs, qui ont enterré symboliquement un livre ce lundi dans un cercueil devant le ministère de la Culture. Vêtus de noir, ils dénonçaient une réforme des droits d'auteur qui selon eux ne tient pas compte de leur spécificité. 

16h11 - Emmanuel Macron évoque la lutte contre le terrorisme islamiste, "le travail d'une génération".

16h01 - Le plan pauvreté sera présenté en septembre et mis en oeuvre "en 2019".

15h52 - La fin des pensions de réversion est, pour Emmanuel Macron, "une rumeur malsaine, visant à faire peur". "Rien ne changera pour les retraités d'aujourd'hui", a-t-il affirmé devant le Congrès, les parlementaires réagissant par des exclamations. "Pour la première fois ce qui a été choisi n'a pas été de faire une économie sur les retraités d'aujourd'hui ou ceux qui s'apprêtent à partir à la retraite, mais de refonder un système de retraite juste, unique, transparent, qui viendra progressivement remplacer la quarantaine de systèmes existants", a insisté le président de la République.

15h46 - Emmanuel Macron annonce qu'il recevra en juillet les 100 premières entreprises françaises pour solliciter leur engagement.

15h36 - Le chef de l'État dit vouloir aller vers une réussite qui ne passe pas "par les naissances, la chance ou les réseaux, mais le talent, l'effort, le mérite". Il défend ainsi plusieurs mesures scolaires, comme l'école maternelle obligatoire à 3 ans, la mise en place du décrié Parcoursup. "Vous serez appelés à voter bientôt définitivement une réforme profonde de l'alternance et de l'apprentissage", annonce-t-il aux parlementaires.

15h30 - Le Premier ministre Édouard Philippe présentera "dans les prochaines semaines" un plan de "baisse de nos dépenses publiques", annonce Emmanuel Macron.

15h29 - "En cette première année, beaucoup d'instrument ont été mis en place pour soutenir l'investissement et l'innovation (...) nous devons à présent libérer les freins de la croissance pour les entreprises", poursuit Emmanuel Macron, défendant le projet de la loi PACTE

15h22 - Le chef de l'État défend une politique "non pas pour les riches, mais pour les entreprises", "un capitalisme populaire retrouvé". "Une politique pour les entreprises, ce n'est pas une politique pour les riches. C'est une politique pour toute la nation, une politique pour l'emploi, une politique pour les services publics" et "pour ceux qui restent en marge", insiste-t-il. Il annonce au Parlement "un nouvel élan de la participation et de l'intéressement et qui vous sera soumis pour entrer en vigueur en 2019". "Il est mensonger de défendre les salariés si l'on ne défend pas les entreprises", argue-t-il face aux critiques qui le taxent de président des riches.

15h20 - Emmanuel Macron prône une "voix française du progrès face à la peur économique, culturelle, civilisationnelle. Nous devons répondre par un projet fort, social, national et européen", estime-t-il.

15h15 - Le chef de l'État, qui prône la "liberté des collectivités territoriales (...), des citoyens (...), du Parlement", est applaudi par les parlementaires. "J'entends, bien sûr, que l'engagement que j'avais pris devant les Français (celui de rendre compte de son action une fois par an devant le Parlement, ndlr) peut en déranger certains. Ce reproche est étrange, réagit-il. C'est pourquoi j'ai demandé au gouvernement de déposer dès cette semaine un amendement au projet de loi constitutionnelle qui permettra que lors du prochain Congrès je puisse rester non seulement pour vous écouter, mais aussi pour pouvoir vous répondre", poursuit Emmanuel Macron.

15h10 - "Vous avez œuvré dans l'urgence pour tourner la page des politiques et des blocages qui ralentissaient notre pays" : Emmanuel Macron félicite les parlementaires en listant les réformes menées.

15h05 - "Je n'ai rien oublié, et vous non plus, du choix que la France a fait il y a une année." Un an après son premier discours à Versailles, Emmanuel Macron de retour devant le Congrès. "Je sais que je ne réussis pas tout, mais mon devoir est de ne pas m'y résoudre". Le chef de l'État va-t-il parvenir à se défaire de l'image de président des riches à laquelle il est associé par ses détracteurs depuis une année ?

15h04 - François de Rugy annonce Emmanuel Macron, le chef de l'État va entrer dans la salle.

14h40 -  Les parlementaires prennent progressivement place dans la salle du Congrès. Emmanuel Macron doit s'adresser à eux dans vingt minutes.

14h25 - "On est à côté de l'esprit des institutions", juge sur RTL Pierre Cordier, député LR des Ardennes, qui a décidé de boycotter le discours présidentiel.

14h10 - Que va dire Emmanuel Macron devant le Congrès ? L'Élysée refuse en tout cas de communiquer le discours, travaillé tout au long du weekend par le chef de l'État.



13h28 - De nombreux parlementaires contestent en effet ce Congrès. Les députés de La France insoumise et certains élus de droite ont décidé de boycotter ce rendez-vous. Les autres commencent à quitter Paris direction Versailles. 350 élus ont déjà pris place à bord de cars spécialement affrétés.

13h25 - Le chef de l'État ne devrait s'exprimer qu'à partir de 15 heures. Auparavant, il doit déjeuner avec Édouard Philippe et les responsables des groupes parlementaires ayant accepté son invitation, sans LR, PS, PCF et LFI.

13h20 - Suivant le protocole, Emmanuel Macron a été accueilli à l'arrière du pavillon royal par le président de l'Assemblée nationale et du Congrès François de Rugy (LREM), son homologue du Sénat Gérard Larcher (LR) et le Premier ministre Édouard Philippe. Il est entré dans le palais sous les honneurs de la Garde républicaine. 


13h15 - Bonjour et bienvenue sur cet article pour suivre le Congrès de Versailles où Emmanuel Macron a réuni l'ensemble des parlementaires.


La rédaction vous recommande
Lire la suite
Parlement Emmanuel Macron Versailles
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7794043028
Congrès de Versailles : revivez le discours d'Emmanuel Macron devant les parlementaires
Congrès de Versailles : revivez le discours d'Emmanuel Macron devant les parlementaires
COMPTE-RENDU - Le président de la République a prononcé ce lundi 9 juillet un discours d'une heure et demie dans lequel il a notamment cherché à casser son image de "président des riches".
https://www.rtl.fr/actu/politique/en-direct-congres-de-versailles-macron-va-s-exprimer-devant-le-parlement-7794043028
2018-07-09 13:25:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/E3-cpdT6g2tBR5HZBI0iRg/330v220-2/online/image/2018/0709/7794045178_emmanuel-macron-a-son-arrivee-lors-du-congres-a-versailles-le-9-juillet-2018.jpg