1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Emplois fictifs : la rapport de police épinglant Marine Le Pen dévoilé

Emplois fictifs : la rapport de police épinglant Marine Le Pen dévoilé

VU DANS LA PRESSE - La présidente du Rassemblement National est dans le viseur des autorités depuis 2018 dans le cadre de l'enquête sur les soupçons d'emplois fictifs d'assistants d'eurodéputés de son parti. Le JDD a pu consulter le rapport.

Marine Le Pen le 9 mars 2021
Marine Le Pen le 9 mars 2021
Crédit : ALAIN JOCARD / AFP
Photo Quentin Marchal
Quentin Marchal
Journaliste

Un rapport de police synthétisant l'enquête qui vaut à Marine Le Pen d'être mise en examen depuis 2018 pour des soupçons d'emplois fictifs d'assistants d'eurodéputés RN, a été dévoilé dimanche par le JDD. La présidente du parti d'extrême droite dénonce une manœuvre politique.

Comme le révèle Le Journal du Dimanche, les policiers de l'OCLCIFF estiment que le parti d'extrême droite a "par l'intermédiaire de ses cadres et dirigeants, mis en place un système organisé frauduleux de détournement des fonds européens à son profit, par le biais d'emplois fictifs d'assistants parlementaires". Selon eux, Marine Le Pen serait l'organisatrice et la bénéficiaire de ce "système frauduleux" mis en place. 

Le Rassemblement national et ses dirigeants sont soupçonnés d'avoir détourné des enveloppes accordées par l'Union Européenne (UE) à chaque député pour rémunérer ses collaborateurs parlementaires, qui travaillaient en réalité pour le parti. Le Parlement européen a estimé son préjudice à 6,8 millions d'euros dans cette affaire, souligne encore Le JDD

17 membres du Rassemblement National dans le viseur

Si elle remonte à l'époque où le Front National était encore dirigé par son père, Jean-Marie Le Pen, l'organisation mise au jour par l'enquête semble s'être amplifiée sous la présidence de Marine Le Pen, au lendemain des élections européennes de 2014. 

À lire aussi

Le JDD avance que les enquêteurs "estiment avoir découvert assez d'éléments probants pour que 17 dirigeants, élus et proche du Rassemblement National soient poursuivis pour 'détournement de fonds publics' ou recel de ce délit.

De son côté, Rodolphe Bosselut, l'avocat de Marine Le Pen, assure que celle qui a officialisé sa candidature pour la présidentielle de 2022 "n'a jamais mis en place de système frauduleux". "Tous les assistants parlementaires au Parlement européen cités dans l'instruction ont travaillé à un moment ou à un autre", dit-il encore. 

"Ce n'est pas à la justice de décider comment des parlementaires doivent organiser leur travail", clame-t-il encore. L'avocat de Marine Le Pen attend désormais le résultat d'une procédure qu'il a engagée devant la Cour d'appel de Paris. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/