2 min de lecture Rassemblement National

Emmanuel Macron : son humilité "sonne un peu faux", estime Nicolas Bay

Le député européen du Rassemblement national (RN) Nicolas Bay a réagi sur RTL à l'entretien télévisé du Président de la République mardi 14 juillet.

Christelle Rebiere RTL Midi Christelle Rebière iTunes RSS
>
Interview d'Emmanuel Macron : son humilité "sonne un peu faux", dit Nicolas Bay Crédit Image : Kenzo TRIBOUILLARD / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
RTL Midi -  Christelle Rebière
Christelle Rebière édité par Marie Zafimehy

"J'en n'attendais pas grand chose, donc je n'ai pas été déçu." Nicolas Bay, député européen du Rassemblement national (RN) a réagi mardi 14 juillet sur RTL à l'entretien télévisé d'Emmanuel Macron. L'élu a fustigé la "manière assez floue" dont le chef de l'État s'est exprimé et son mea culpa de plusieurs minutes au début de l'interview.

"C'est peut être un peu trop dix minutes de mea culpa, a-t-il expliqué. Ça donne un sentiment de fausse modestieEmmanuel Macron nous avait habitué à une forme de condescendance, parfois même d'arrogance, qui a beaucoup affecté les Français. Le fait qu'il se livre à un long exercice d'humilité, ça sonne un peu faux". Et de poursuivre : "Je crois surtout que les Français attendent des actes et pas des mots. Et Emmanuel Macron est très fort dans les mots, beaucoup moins dans les actes".
 
Le député européen a estimé qu'Emmanuel Macron ne se réinventait pas comme il l'avait pourtant promis dans une allocution au mois de mai dernier. "Pour l'essentiel, il veut maintenir les réformes ou les projets qu'il avait initiés avant la crise sanitaire. (...) On voit bien qu'il n'y a pas de remise en cause fondamentale du modèle mondialiste ultralibéral dont il a toujours été porteur d'ailleurs, qui a abouti à la concurrence déloyale qui a abouti à la désindustrialisation de la France."

Nicolas Bay a déploré le manque d'annonces concrètes du président de la République. "On nous dit qu'il veut réindustrialiser la France, mais comment va-t-il le faire s'il ne met pas des protections douanières. Comment va-t-il le faire s'il n'empêche pas la concurrence déloyale qui, précisément, a tué notre industrie et la tuera à nouveau demain si on continue avec cette espèce de marché totalement ouvert ?" a-t-il interrogé. Le député européen a néanmoins salué la volonté du Président d'apporter un "soutien à l'économie".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Rassemblement National 14 juillet Élysée
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants