3 min de lecture Maires

Emmanuel Macron : pourquoi les relations sont crispées avec les maires

ÉCLAIRAGE - Le congrès des maires débute dans un contexte délicat pour le président de la République. Tout d'abord, parce qu'il a lieu en pleine grogne des "gilets jaunes". Mais aussi, car Emmanuel Macron ne s'y rendra pas, contrairement à sa promesse.

>
"On prend tous les coups", déplore une maire lors du congrès Crédit Image : ludovic MARIN / AFP | Crédit Média : Dominique Tenza | Durée : | Date :
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
et AFP

Un congrès qui s'ouvre sur une promesse non-tenue. Les maires de France se réunissent, à partir de ce mardi 20 novembre en congrès, cela pendant trois jours à Porte de Versailles. Les tensions entre les élus et le président de la République y sont pesantes. Et pour cause, Emmanuel Macron avait promis "de venir chaque année rendre compte devant le congrès" de sa politique. 

Une décision qui vient contraster avec la volonté du chef de l'État qui est de renouer avec les territoires. Finalement absent, Emmanuel Macron laisse le soin à Édouard Philippe de clôturer le Congrès des maires. Tandis que lui a choisi d'en recevoir une centaine à l'Élysée et a adressé une lettre à tous les autres. 

Grand rendez-vous des maires et des communes, le congrès des maires réunit habituellement 10.000 à 15.000 personnes. Après une quasi-rupture fin septembre à Marseille lors du Congrès des régions, les motifs d'incompréhension ne manquent pas entre les élus locaux et l'exécutif. François Baroin, le président de l'Association des maires de France (AMF) résume la situation : "Il y a des tensions, beaucoup d'interrogations et un peu d'impatience"

La taxe d'habitation et le malaise #BalanceTonMaire

Parmi les sujets sur lesquels les maires de France attendent des réponses : les modalités de compensation du montant de la taxe d'habitation pour les communes, la question des dotations, les emplois aidés, la relance du logement, les contrats financiers avec l'État ou encore la révision constitutionnelle.  
   
Autant de sujets sur lesquels l'AMF souhaite des réponses de l'exécutif avant la fin du premier semestre 2019 pour assurer de la visibilité aux élus et aux candidats aux élections municipales de mars 2020

On prend tous les coups

Françoise Ramond, maire d'Epernon
Partager la citation
À lire aussi
Yann Arthus-Bertrand écologie
Yann Arthus-Bertrand : Les maires doivent désobéir à la loi "quand on parle de santé publique"

Les maires veulent exprimer leur fatigue et leur lassitude de devoir se battre systématiquement pour obtenir le moindre centime. C'est encore plus vrai dans le milieu rural. "C'est très difficile, surtout depuis la baisse des dotations. Tous les jours, on est sur le terrain, il faut que l'on se débrouille pour trouver des revenus, pour pouvoir faire face aux investissements", explique Françoise Ramond, la maire d'Epernon, en Eure-et Loir qui se dit "à portée de claque".

"On prend tous les coups et il faut qu'on trouve des solutions, quelques fois tout seul", ajoute-t-elle avant de préciser qu'il s'agit de son troisième et denier mandat. C'est vraiment un investissement lourd".

Outre ces dossiers chauds, la campagne #BalanceTonMaire, lancée mi-octobre par des militants de La République en Marche pour dénoncer des hausses de la taxe d'habitation dans certaines communes, a attisé la colère des élus. Comme une réponse, certaines mairies lanceront cette semaine une campagne nationale #MaCommuneJyTiens, programmée de longue date, avec un mot d'ordre : "On le fait !".

Congrès des maires ou séminaire gouvernemental ?

En réponse à la colère des maires, Emmanuel Macron a prévu d'envoyer ses troupes sur le terrain. Richard Ferrand, le président de l'Assemblée nationale devrait visiter longuement les stands du salon. La ministre de la Cohésion des territoires, Jacqueline Gourault, a accusé pour sa part "certains dirigeants" de l'AMF de refuser "les mains tendues" par le gouvernement et d'être "dans une posture plus politique" que les autres associations d'élus, dans un entretien au Parisien

De son côté, François Baroin assure qu'"il y a toujours quels que soient les pouvoirs des discussions souvent serrées". Jacqueline Gourault devrait donc être présente au congrès. Tout comme le ministre chargé des Collectivités territoriales, Sébastien Lecornu

Plusieurs ministres, comme Jean-Michel Blanquer (Éducation), Julien Denormandie (Ville) ou Mounir Mahjoubi (Numérique), ont été invités à débattre sur leur thématique. "Le congrès des maires n'est pas un séminaire gouvernemental", objecte pour sa part un responsable de l'AMF à l'AFP.  

La réforme de la fiscalité locale en ligne de mire

L'objectif du gouvernement est de rapidement apaiser les relations entre l'exécutif et les maires. Le congrès des maires doit également préparer la réforme de la fiscalité locale. Il s'agit du prochain grand rendez-vous des collectivités territoriales, qui doit être discutée dans les mois à venir. 

Les trois grandes associations d'élus - AMF, Assemblée des départements, Régions de France - entendent d'ailleurs montrer à nouveau leur unité sur ce sujet lors du congrès, avant le début des discussions avec le gouvernement. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Maires Emmanuel Macron François Baroin
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7795643288
Emmanuel Macron : pourquoi les relations sont crispées avec les maires
Emmanuel Macron : pourquoi les relations sont crispées avec les maires
ÉCLAIRAGE - Le congrès des maires débute dans un contexte délicat pour le président de la République. Tout d'abord, parce qu'il a lieu en pleine grogne des "gilets jaunes". Mais aussi, car Emmanuel Macron ne s'y rendra pas, contrairement à sa promesse.
https://www.rtl.fr/actu/politique/emmanuel-macron-pourquoi-les-relations-sont-crispees-avec-les-maires-7795643288
2018-11-20 16:02:09
https://cdn-media.rtl.fr/cache/p07ur7hsWL50anNBoRYnXA/330v220-2/online/image/2018/1120/7795644114_francois-baroin-le-president-de-l-association-des-maires-de-france-et-emmanuel-macron-le-23-novembre-2017.jpg